Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Charles Dutoit et Arabella Steinbacher : Tchaïkovsky et Mendelssohn sous le signe de la prudence

Par
Frédéric Cardin

Charles Dutoit parle de l’enregistrement :

 

Arabella Steinbacher parle de l’enregistrement :

 

Arabella Steinbacher est une excellente violoniste, technicienne aboutie et interprète sensible. Cela dit, je l’ai rarement entendue être éblouissante. Ses interprétations posées, je dirais même prudentes, des concertos de Mendelssohn et de Tchaïkovsky ici réunies sont à la fois belles et légèrement décevantes. Belles, parce que la violoniste prend le temps de placer chaque note là où elle doit aller, ce qui donne des lectures claires et remarquablement focalisées. Décevantes aussi, malheureusement, car on voudrait bien que la bride soit lâchée de temps en temps. On souhaiterait ressentir le souffle exaltant qui peut et doit se dégager de ces constructions musicales étourdissantes.

Et voilà que l’on se demande si c’est là tout ce qu’a à dire l’artiste allemande à propos de ces deux monuments violonistiques. Si oui, cela semble insuffisant face à la concurrence.

Charles Dutoit et son Orchestre de la Suisse romande accompagnent Steinbacher dans une très grande communion d’esprit. Le chef partage la vision rigoureusement équilibrée, allergique aux feux d’artifice, de la violoniste. Il atteint de beaux sommets d’intensité dramatique là où il se doit, il faut le souligner.

Un enregistrement qui plaira aux partisans de la modération en musique romantique.

Frédéric Cardin