Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Suivez le pianiste Charles Richard-Hamelin sur la route des festivals de musique classique

Par
Claudia Beaumont

Il faut d’abord mentionner que le pianiste prendra part à deux grands festivals québécois de musique classique, soit ceux de Lanaudière et du Domaine Forget. Pour ce qui est du premier, on pourra l’entendre à l’Amphithéâtre Fernand-Lindsay le samedi 4 juillet, en compagnie de cinq autres pianistes pour un concert à deux, trois et quatre pianos! Voilà qui promet d’être énergisant. Le 10 juillet, il présentera son premier récital consacré à Chopin, à l’occasion du Festival international du Domaine Forget. Sans doute aura-t-il une impression de « déjà vu », puisqu’il enregistrait en ce même lieu, il y a quelques semaines, son premier disque consacré aux œuvres tardives de Chopin (Sonate pour piano no 3, op. 58; Polonaise-Fantaisie, op. 61 et Nocturnes, op. 62). La création est attendue le 25 septembre sous étiquette Analekta.

Ensuite, un arrêt est prévu le 12 juillet au Festival de musique de Lachine, suivi d’une série de concerts avec le Trio Hochelaga (dont il est le jeune nouveau pianiste), d’abord à la magnifique église historique de Barachois au Nouveau-Brunswick (le 16 juillet), à la Maison Trestler à Vaudreuil-Dorion (le 22 juillet), puis à nouveau au Festival de Lanaudière (le 28 juillet).

D’autres concerts solos sont programmés pour le mois d’août, notamment à Orford le 7, ainsi qu’un plutôt long séjour au Festival de musique de chambre de Thy au Danemark, du 10 au 23. La particularité de ce festival est que ses participants sont de jeunes musiciens (âgés de 20 à 35 ans) en provenance de partout dans le monde. Accompagnés de professeurs de renom, ils bricolent des concerts de musique de chambre dans des lieux enchanteurs de la ville de Thisted. Charles y est allé l’année dernière et il n’a apparemment pas hésité une seconde à répéter l’expérience. Voyez comme il avait l’air heureux sur la photo!


Bon été, Charles! On se revoit à la rentrée.