Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Blanche Baillargeon : amours, délices et contrebasses

Par
Ralph Boncy

Digne fille de Paule Baillargeon, femme artiste jusqu’au bout des ongles et mère du petit Arto – qui, ici, gazouille, fredonne et rêvasse à sa guise –, Blanche n’est pas qu’une « imposteure ». Même si cela fait quelques années qu’elle chante et joue de la contrebasse aux côtés de Christine Tassan dans le groupe féminin qui porte le joli nom de Christine Tassan et les Imposteures, Blanche Baillargeon avait besoin d’élargir sa palette pastel, de s’éloigner du jazz manouche et de faire du beau, de l’art pur.

Presque entièrement instrumental et chanté en portugais par moments, ce tableau est une déclaration d’amour à la vie, à son mec et à son fils. L’opus délicat mais caressant comme un gros câlin quand on est bien lovés, accueille 25 artistes québécois d’horizons divers, tous débranchés, tous acoustiques, sans même un clavier, rien que des cordes et des cuivres et des voix d’amis qui chantent dans une grange.

Quel beau disque, en somme! C’est rempli d’humanité, de frissonements, et ça sonne juste.