Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Berlin sonatas: Elinor Frey et le violoncelle à cinq cordes

Par
Frédéric Trudel

Cet instrument, cousin marginal du violoncelle habituel (à quatre cordes), n’est que très rarement utilisé de nos jours. Tout au plus le voit-on apparaître encore aujourd’hui dans certains concerts de musique ancienne dits historiquement informés. Et pourtant, l’instrument avait sa place bien à lui dans la famille des basses de violon, aux 17e et 18e siècles, et était d’une importance particulière dans l’exécution d’œuvres exploitant les registres aigus du violoncelle.

Avec cet album consacré au répertoire des cours berlinoises du 18e siècle, Elinor Frey fait le pari de démontrer que de nombreuses œuvres pour violoncelle de cette époque sonnent de façon beaucoup plus naturelle et expressive lorsqu’elles sont jouées sur l’instrument à cinq cordes. Force est d’admettre qu’elle a raison, et sans doute que le talent des interprètes est pour beaucoup dans cette réussite! 

L’intérêt du disque réside aussi dans le fait de nous faire redécouvrir certains compositeurs aujourd’hui passablement oubliés. Qui, à part l’aficionado de musique ancienne,  se souvient encore de Carl Heinrich Graun, de Johann Philipp Kirnberger ou de Franz Benda? Sous les doigts d'Elinor Frey, leur musique renaît dans toute sa plénitude.

C’est le 28 avril, à La Maison Sociale, à Montréal, qu'était lancé ce nouvel enregistrement d’Elinor Frey, sous l’étiquette belge Passacaille, distribué en Amérique du Nord par Naxos. Bonne écoute et bonnes découvertes!

Cliquez ici pour écouter l'entrevue qu'Elinor Frey accordait à Françoise Davoine le 2 avril dernier, à l'émission Le Printemps des musiciens.