Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Nelson Freire en concert à Genève avec Charles Dutoit

Par
Mario F. Paquet

Lors de ce concert enregistré le 5 février dernier au Victoria Hall de Genève, Nelson Freire avait retrouvé Charles Dutoit, un complice de longue date. Suite au concert, Jullian Sykes, collaborateur de la radio suisse Espace 2 et critique au quotidien genevois Le Temps avait rencontré le grand pianiste. Vous pouvez réécouter le podcast de cette entretien

À 70 ans, le pianiste brésilien demeure un maître incontesté du clavier. Il est difficile de cerner cet artiste discret et indépendant qui, à 5 ans, donnait son premier concert. Dans son Brésil natal, cet enfant prodige était alors un véritable phénomène qui faisait courir les foules. Comme Nelson Freire enregistre peu, chaque nouvelle parution est à marquer d’une pierre blanche. Au fil des décennies, il a livré des enregistrements de référence consacrés à Schumann, à Chopin, à Liszt et à Brahms, sans oublier Debussy et Beethoven.

Écoutez l'émission spéciale que lui consacrait les Soirées classiques

Émission Soirées classiques - spéciale Nelson Freire

émission

Audio

Je fonctionne à l’envie, à l’enthousiasme, ce qui n’est pas toujours aisé dans ce métier où vous devez planifier au moins un an à l’avance le programme de vos concerts. Je rends fous les organisateurs en demandant des modifications jusqu’à la dernière minute! Mais, la prévision ne me convient pas : je refuse d’être le météorologiste de ma propre existence… 

Nelson Freire

Pianiste d’une très grande sensibilité, Freire possède un sens unique du chant, une sonorité toujours élégante même dans les œuvres de grande virtuosité. Cette pudeur affichée ne doit pas nous tromper, car le pianiste est aussi capable de rugir comme un lion. Sa grande amie Martha Argerich, son « âme sœur », le décrit comme un « chat déguisé en chien », et de tous les musiciens qu’elle connaît, il est celui qui a les « plus grandes facilités ». Venant de Martha, ce n’est pas peu dire!