Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Marc-André Hamelin : Chostakovich à fleur de peau

Par
Frédéric Cardin

Hamelin est présent sur une seule des deux œuvres au programme, soit le quintette avec piano. Toute la mélancolie de ce bijou de la musique de chambre du 20e siècle est dans la lecture délicate du pianiste québécois et de l’ensemble hongrois, désormais basé aux États-Unis. La partition du quintette fait montre d’une réserve émotive, qui en fait un morceau plus gracieux que les épanchements spectaculaires habituels de ce compositeur.

 

1er mvt du quintette pour piano en sol mineur op.57

Dmitri Chostakovich (1906-1975)

Audio

 

Le Quatuor no.2 n’est pas le plus impétueux des 15 quatuors de Chostakovich, mais il y a là matière à apprécier le jeu subtil des Takacs. Le mélange de sourire en coin un brin sarcastique, de tendresse, de mélancolie devant la tragédie du monde qui se dévoilait au compositeur à la fin des années 1930 s’exprime à travers une partition qui annonce clairement ce que seront les chefs-d’œuvre à venir de ce compositeur. Chostakovich était un « créateur éponge », qui a brillamment absorbé l’air du temps, son temps, et l’a restitué dans une musique inoubliable.

 

Cela dit, on regrette une prise de son qui donne à cette belle musique une sonorité trop mince.

 

Le saviez-vous?

 

À la fin des années 1930, en Union soviétique, pendant les grandes purges politiques ordonnées par Staline, Chostakovich dormait tout habillé, chaussé de ses souliers, et avec sa valise remplie à côté de son lit, au cas où la police politique du régime viendrait le chercher pour le déporter au goulag!

 

 

Vous aimerez également :

 

Yannick Nézet-Séguin : Ravel dans toute sa splendeur

 

Quatuor Alcan et Beethoven : la musique de l’avenir

 

 

 

 

Frédéric Cardin