Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Yannick Nézet-Séguin : Ravel dans toute sa splendeur

Par
Frédéric Cardin

« L’une des plus belles productions de la musique française », disait Igor Stravinsky à propos de la partition de Daphnis et Chloé, de Maurice Ravel. Il faut un orchestre gonflé à bloc, puissant et raffiné à la fois, pour réussir à bien exprimer le tourbillon de sensations et de sonorités qui s’échappe de ce chef-d’œuvre, écrit par Ravel de 1909 à 1912. Yannick Nézet-Séguin, on s’en doute, a une affinité sincère avec le répertoire français. Il réussit à guider ses musiciens de Rotterdam à travers les méandres d’une partition foisonnante et, surtout, à leur communiquer toute la passion qui l’anime pour cette musique géniale.

 

La prise de son est généreuse pour les basses et lumineuse dans le registre aigu, ce qui aboutit à un équilibre très agréable, en particulier pour ceux qui ont de bons écouteurs ou haut-parleurs.

 

Daphnis a été écrit pour les Ballets russes de Diaghilev, qui ont fait de cette musique peu « dansante » un spectacle des plus courus au début du 20e siècle.

 

Le programme est complété par la très belle Pavane pour une infante défunte, l’un des plus grands « succès » de Ravel, avec le Boléro. Pourquoi ce titre, demandent certains? Pour rien! Le compositeur révélait sa motivation comme suit : « Je n’ai songé en assemblant les mots qui composent le titre, qu’au plaisir de faire une allitération. Ne pas lui attacher plus d’importance qu’il en a ».

 

Pourtant, on a tellement l’impression de la voir cette mystérieuse infante …

 

C’est là tout le génie de Ravel.

 

 

Frédéric Cardin