Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Une discothèque à ciel ouvert

Par
Michel Keable

Il y aurait tant de choses à dire sur cet énigmatique artiste, ce colosse aux mains puissantes mais qu’on disait craintif, ce boulimique de musique qui a embrassé un répertoire immense, de Jean-Sébastien Bach jusqu’aux compositeurs de son temps. Il était aussi, malgré une technique époustouflante et un instinct musical très sûr, un infatigable travailleur, répétant jusqu’à 12 heures par jour, et parfois même après un récital. Mais ce que tous ont surtout retenu de lui, c’est sa singularité, son indépendance d’esprit. En concert, il apparaissait plongé dans son monde intérieur, absorbé par quelque rêverie, parlant sa propre langue. Toutefois son jeu ne laissait personne indifférent, et quand il a pu, enfin, se produire à l’Ouest, les salles étaient combles !

 Plusieurs grands pianistes ont salué son génie. « Richter, a notamment écrit Vladimir Ashkenazy, avait sur moi un pouvoir magnétique. Je crois qu’il communiquait mieux que quiconque cette idée d’une sincérité absolue, d’une dévotion totale à son art. »

 Il faut saluer toutes les rééditions récentes de ses enregistrements. Une discothèque à ciel ouvert présente Sviatoslav Richter dans un enregistrement de la musique de Jean-Sébastien Bach, sur Decca.

 Regardez ce concert entièrement consacré à Bach donné par Sviatoslav Richter au Conservatoire de Moscou le 28 mars 1978 :

 

 

 Retrouvez toutes nos suggestions dans Une discothèque à ciel ouvert - Index