Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Il y a des spectacles qui vous marquent pour toujours

Par
Sylvia L'Écuyer

Avant Le rêve de Grégoire, dont je n’ai malheureusement vu qu’une répétition, j’ai un souvenir très vif de l’opéra de Gilles Tremblay, L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité, présenté au Monument-National en 2009. Mais c’est surtout la magnifique trilogie des années 90, Yo Soy la desintegración (1997), Le vampire et la nymphomane (1996) et les Chants du Capricorne (1995) qui restent gravés dans ma mémoire. Des œuvres parfois difficiles, d’une intensité renversante et qui laissent une empreinte inoubliable.
En 1995, les Chants du Capricorne, avec Pauline Vaillancourt, ont connu une extraordinaire série de 10 représentations. Je ne connais aucun opéra qui ait tenu l’affiche pendant aussi longtemps à Montréal! Inutile de dire que les trois représentations de cette semaine à l’Usine C avec la mezzo-soprano Marie-Annick Béliveau sont un incontournable!
J’ai eu l’occasion de rencontrer cette magnifique artiste à quelques reprises. Elle était mon invitée le week-end dernier à Place à l’opéra. Si vous avez manqué cette entrevue, vous pouvez la réentendre ici.

Entrevue avec Marie-Annick Béliveau

Place à l'opéra 7 mars 2015

Audio