Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Une discothèque à ciel ouvert

Par
Michel Keable

Quelle carrière que celle d’Aldo Ciccolini! Il commence l’étude du piano à l’âge de 5 ans et ne s’arrêtera jamais, travaillant encore à la fin de sa vie de 7 à 10 heures par jour, et parfois même la nuit.  Le repos? « J’attends l’éternité pour ça », disait-il. Il s’apprêtait même à partir en tournée en Asie pour son 90e  anniversaire.

Que retenir de son jeu ? Une extraordinaire richesse de timbre, un son rond, chaud et coloré. Il était de ces interprètes qui choisissent de s’effacer devant le compositeur, mais nous savons à quel point Aldo Ciccolini réussissait à magnifier les œuvres par sa sonorité unique et l’élégance de son style.

Pour notre court hommage, nous avons choisi deux extraits de son tout dernier disque, qui réunit treize valses de treize compositeurs différents. C’est l’album le plus diversifié de sa carrière, mais Ciccolini y réserve une place d’honneur à la musique française, qu’il a tant aimée. Nous l’écouterons également en musique concertante, dans un extrait du concerto « l’Égyptien » de Camille Saint-Saëns, avec l’Orchestre national de Montpellier.

Réentendez l’hommage que lui a rendu l’équipe des Soirées classiques le 3 février dernier: http://icimusique.ca/#!radio/animateurs/paquetmario

Regardez cette courte vidéo produite par La Dolce Volta. Aldo Ciccolini joue le Salut d’amour d’Elgar, et,  en miroir, nous voyons le pianiste en état d’écoute et de recueillement. Comme un salut pour l’éternité….