Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Le Quatuor Molinari et Sofia Gubaidulina : un tandem qui cultive la surprise

Par
Frédéric Cardin
Quatuor Molinari

Sofia Gubaidulina (née en 1931)

Audio

 

Mon commentaire sur le jeu musical du Molinari sera bref. En effet, que dire d’intelligent devant une telle maîtrise frôlant la perfection? Je me concentrerai donc sur la musique elle-même, qui mérite présentation.

 

En bonne compositrice contemporaine, Gubaidulina affectionne les harmonies éclatées et les rythmes fracassés et non linéaires. Mais contrairement à plusieurs de ses collègues, elle cherche toujours à créer une atmosphère de mysticisme et de surprise dans ses compositions. C’est probablement son côté rieur doublé de sa grande spiritualité qui agit sur elle en amont. C’est aussi pourquoi, malgré l’absence de mélodies et « d’accroches » musicales de type grand public, sa musique demeure foncièrement accessible pour l’auditeur curieux.

 

TRIO A CORDES (1988), 3E PARTIE

Sofia Gubaidulina (née en 1931)

Audio

 

Il y a presque toujours des « couettes » qui dépassent dans son instrumentation, et l’impression de froideur intellectuelle qui prévaut dans d’autres pièces d’avant-garde est ici remplacée par un intérêt stimulé par ces surprises qui arrivent au détour d’un passage instrumental.

 

QUINTETTE POUR PIANO ET CORDES (1957), 4E MVT

Sofia Gubaidulina (née en 1931)

Audio

 

L’album double présente les quatre quatuors de Gubaidulina, en plus d’autres œuvres de chambre comme le Quintette pour piano et cordes (une pièce de 1957 qui ressemble beaucoup à du Shostakovich!) avec Louise Bessette au piano, le Trio pour cordes et la Sonate pour violon et violoncelle.

 

 

À surveiller

 

Le quatuor Molinari donne plusieurs concerts sur l’île de Montréal à partir du 25 janvier. Certains sont gratuits! Consultez le site de l’ensemble.

 

 

Vous avez apprécié cet article? Vous aimerez également 

 

De Schoenberg à Boudreau...

 

Frédéric Cardin