Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Salif Keita : un concert acoustique pour embrasser toute une carrière

Par
Catherine Pépin

Si le but avoué du grand prince mandingue était de faire danser son public avec son dernier album (Talé, sorti en 2012 et réalisé par le très électro Philippe Cohen-Solal), Salif Keita se veut ici plus introspectif et rassemble ses ouailles autour d’un spectacle épuré.

Ce prince malien revenu de loin a saisi l’occasion de mettre en valeur – avec la pureté d’une kora ou d’un n’goni – des chansons qui ont jalonné sa carrière : Seydou, Mandjou, Folon ou encore La différence. Cette dernière évoque l’albinisme de Salif Keita : « Je suis un Noir / Ma peau est blanche / Et moi j'aime bien ça / c'est la différence qui est jolie ». Après avoir connu le mépris et l’isolement, Salif Keita a mis sur pied la Salif Keita Global Foundation pour défendre les droits et l’intégration sociale des albinos en Afrique. La tournée vise à soutenir et à faire connaître l’association.

Une tournée qui prend la forme d’un album-souvenir, au moment même où l’on voit apparaître dans les bacs une compilation des enregistrements des Ambassadeurs du motel Bamako, formation qui a révélé l’immense talent vocal de Salif Keita dans les années 70. Mercredi soir, on retrouvera justement à ses côtés un vieux complice de l’époque, le guitariste Ousmane Kouyaté. Ils seront entourés de musiciens traditionnels et de choristes. Et face à eux, dans la salle, un public de privilégiés qui recevra comme une offrande cette rétrospective musicale de toute une vie, avec ses douleurs et ses joies.

Salif Keita à l’Olympia de Montréal – 20 h 30 – Festival Nuits d’Afrique