Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Philip Glass et Steve Reich : minimalistes retrouvailles au royaume de la cool attitude

Par
Katerine Verebely

40 ans et une chicane plus tard...

Pourquoi Philip Glass et Steve Reich, autrefois amis et complices dans la création, ont-ils attendu si longtemps avant de renouer? Disons seulement que les deux célèbres musiciens étaient en chicane. Tout simplement. Une chicane d'ordre professionnel dont l'origine est on ne plus obscure, les deux protagonistes ayant toujours refusé d'en parler.

Vous vous en doutez bien, ce fantomatique conflit (et son possible dénouement sous nos yeux) ajoutait une touche de fébrilité aux retrouvailles musicales, déployées en une série de trois concerts (du 9 au 11 septembre) à la très branchée Brooklyn Academy of Music (BAM).

Et alors? Ces retrouvailles?

Mercredi soir, un public enthousiaste et (très) jeune s'était déplacé pour l'occasion. Au royaume de la cool attitude, l'ambiance était détendue, à mille lieues de donner une impression nostalgico-coincée.

Le moment tant attendu est enfin arrivé. Les deux vedettes de la soirée sont entrées sur scène pour interpréter Four organs, de Steve Reich, la seule pièce au programme qui nous a permis de les voir jouer ensemble.

Et que s'est-il passé? Absolument rien. Pas une accolade, pas un sourire, pas même une poignée de main. C'est ce qu'on appelle des retrouvailles... minimalistes! (Et si vous voulez mon avis, ces deux-là ne sont pas redevenus les meilleurs amis du monde.)

Il faut dire que cette réunion, que certains qualifient déjà d'historique, n'est pas l'idée des musiciens eux-mêmes. La demande est plutôt venue de la renommée maison de disques Nonesuch Records (Brad Mehldau, Youssou N'Dour, Kronos Quartet). L'étiquette, fidèle partenaire de Glass et Reich, célèbre cette année son 50e anniversaire.

Certains pourraient dénoncer un coup de marketing de Nonesuch Records. Mais peu importe, puisque la magie de la musique nous a fait tout oublier! Le concert fut de grande qualité, du célèbre Drumming de Reich jusqu’à l'exotique Powaqqatsi de Glass.


Bref, que du bonheur!