Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Marc Mayer aime la nature, l’opéra et la langue tchèque : il a choisi…

Par
Sylvia L'Écuyer

Accédez à la page de la diffusion de l'opéra La petite renarde rusée.

Mais, comme je lui suis reconnaissante de prolonger un peu les vacances et de nous permettre de retourner dans le monde enchanté de Janaček, inspiré, bien sûr, des contes populaires, mais sans devenir un « opéra pour la jeunesse »! En fait, c’est vers la fin de sa vie que le compositeur a créé ce joyau. On retrouve sur scène, au milieu d’une faune exubérante et plus vraie que nature, une vie foisonnante où les renards croquent les poules et où les libellules s’enfuient quand la grenouille sort de l’étang. Les humains, eux, sont plus pensifs : ils se rappellent leurs amours de jeunesse, pleurent leurs illusions perdues.


Je me suis demandé si c’est le fait d’avoir grandi dans la région de Sudbury – Marc Mayer est franco-ontarien -- qui lui a inspiré ce choix, mais c’est plutôt les longues vacances paisibles qu’il passe dans son refuge de campagne dans les montagnes de la Nouvelle-Angleterre. Des vacances où la musique reste bien présente tout de même, entre le festival de Glimmerglass, dans la petite ville de Cooperstown, et celui de Bard College, à Annandale, sur les rives de la rivière Hudson.
Nous entendrons un enregistrement réalisé à l'opéra de Vienne en juin dernier. Le baryton canadien Gerald Finley y chante le rôle du garde forestier.