Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Opéra et santé mentale font-ils bon ménage?

Par
Sylvia L'Écuyer

 J’hésitais à lui demander, un peu naïvement sans doute, s’il n’y avait pas un peu trop de scènes de folie, de suicides, d’homicides, d’exécutions à l’opéra et même, sans aller jusque là, si le comportement des personnages n’était pas souvent le reflet de troubles névrotiques sérieux ou au moins irrationnel. Avouez que depuis le début de la saison d’été, on a été servis : la princesse Turandot qui fait exécuter les princes étrangers pour venger la mort de son aieule, et le troubadour Tannhaüser, incapable de résister aux charmes de Vénus même après avoir quitté le Vénusberg, les protagonistes qu’on a rencontrés souffraient de sérieux troubles du comportement.
Mais ce ne sont pas les drames fantastiques et les légendes exotiques qui attirent mon invitée à l’opéra. Elle a choisi, sans hésiter, l’histoire toute simple et romantique de jeunes artistes dans le Paris de la Belle Époque, une histoire d’amour et d’amitié où même la mort fait partie de la vie, La Bohème de Puccini. Son moment préféré de l’opéra? « La mort de Mimi, … elle s’en va, comme ça, et c’est très bien ». J’ai repensé à la chanson de Ferré, « Avec le temps va… Tout s’en va… Faut laisser faire et c’est très bien »
On peut pleurer et on peut rire aussi à l’opéra. C’est un moment de pure émotion que nous partageons cette semaine avec Anna Netrebko, Rolando Villazon et leurs amis…

La Bohème (Live 2007) Anna Netrebko, soprano (Mimì), Rolando Villazón, ténor (Rodolfo), Nicole Cabell, soprano (Musetta), Boaz Daniel, baryton (Marcello), Stéphane Degout, baryton (Schaunard), Vitalij Kowaljow, basse (Colline), Tiziano Bracci, basse (Alcindoro), Kevin Connors, ténor (Parpignol)

Bertrand de Billy dirige le choeur et l'orchestre de la radio bavaroise