Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

La passion de Guy Berthiaume pour Puccini et pour Mozart

Par
Sylvia L'Écuyer

 Un de ses premiers gestes a été d’inviter les nouveaux arrivants et leurs familles à la Bibliothèque, un lieu qu’il voit comme un refuge contre l’isolation en milieu urbain. Il a aussi invité l’Opéra de Montréal et l’orchestre Symphonique à présenter des conférences « pré-opéra » et « pré-concert ». Toujours par souci de démocratisation, monsieur Berthiaume n’a pas hésité à prendre le micro pour interviewer des vedettes d’autres disciplines et leur demander de présenter leur livre préféré. Alors j’ai décidé de lui rendre la politesse.
La passion de Guy Berthiaume pour l’opéra est bien connue. Abonné depuis longtemps à l’Opéra de Montréal, il profite de ses voyages pour visiter d’autres maisons d’opéras. Mais j’étais bien curieuse de voir quel serait son choix…

  • Une histoire inspirée par la mythologie grecque? On pourrait s’y attendre de la part d’un humaniste dont la thèse de doctorat portait sur la boucherie, la cuisine et le sacrifice dans la Grèce ancienne… Iphigénie? Elektra? Œdipe Roi? ou encore La Belle Hélène?
  • Un opéra inspiré par un grand classique de la littérature? Rigoletto d’après le Roi s’amuse de Victor Hugo? Otello, Macbeth, Roméo et Juliette d’après Shakespeare?
  • Il a choisi … Turandot. Une Chine imaginaire, un rituel d’énigmes qui rappelle celui d’Œdipe face au Sphinx, mais avant tout une musique passionnée, presque violente et le dernier opéra de Puccini, celui qu’il n’a pas pu terminer avant sa mort.

Pourquoi Turandot? Parce que le public de Montréal l’a encore à l’esprit et que Guy Berthiaume a assisté à la production. Il tient à rester en contact avec le public. Mais aussi parce que sa passion pour la recherche l’a conduit à se rendre un jour jusqu’en Californie pour aller entendre la fin de l’opéra, celle que le compositeur Luciano Berio a écrite et qui n’est jamais donnée…
La version choisie : un trésor d’archives avec Pavarotti, Sutherland et Montserrat Caballé