Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Canailles, loin de tourner en rond. Point.

Par
Alexandre Courteau

Canailles, c’est huit musiciens de Montréal qui chantent à tue-tête des refrains contagieux sur des airs de bluegrass cajun. Le premier disque était souvent très festif, à l’image de leurs concerts. Le deuxième est plus riche, plus étoffé, encore meilleur.

De la saleté en HD

Sur Ronds-points, Canailles délaisse un peu le côté brouillon qui a fait sa marque. La réalisation, signée par le groupe et Éric Villeneuve (Bernard Adamus), est tout simplement mieux réussie. C’est plus détaillé, plus précis, sans pour autant être plus poli. C’est comme de la saleté, mais en HD. L’essence reste la même, mais les chansons sont plus ajustées, comme de nouveaux habits chic reçus… de l’Armée du Salut.

Autre point positif, chaque détail est pertinent. Le groupe ose, mais il a su également trouver l’équilibre. Le morceau Fromage en est un bel exemple. Le long blues cajun de 10 minutes aurait pu être facilement trop long, mais finalement, on a juste envie de le revire comme un tour de montagne russe.

Bâtards et fiers de l’être

Dès la première chanson, on retrouve la voix unique et rauque de Daphné Brissette. Toutefois, elle passe aisément le micro à Alice Tougas-St-Jacques, Dan Tremblay ou Annie Carpentier, qui ont tout autant de panache. Parce que, chez Canailles, on ne fait pas la diva, on chante en chœur ou on laisse sa place, tout le monde vient de la même famille.

Avec Ronds-points, vous allez découvrir la profondeur du groupe. Après l’écoute, un constat s’impose. C’est vraiment un disque d’ici, aussi dur que l’hiver, aussi joyeux que le printemps.

Dates des concerts à venir 

17 avril, au Cabaret du Mile-End, à Montréal
24 avril, au Cercle, à Québec
25 avril, au Café du Clocher, à Alma
26 avril, au Café-théâtre Côté-Cour, à Jonquière

2 mai, au Zaricot, à Saint-Hyacinthe
10 mai, au Pavillon Arthabaska, à Victoriaville
22 mai, au Centre Nation des Arts, à Ottawa
23 mai, au Cabaret la Basoche, à Gatineau
24 mai, Chez Martineau, à Maniwaki
31 mai, à L’Auberge de la Petite-Nation, à Saint-André-Avellin

21 juin, au Skeleton Park Music Festival, à Kingston

23 août, à La Forge à Bérubé, à Trois-Pistoles