Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

El Motor : une bête de rock au cœur pop

Par
Claudia Beaumont

Voyons comment on a créé ce monstre.

L’ADN du monstre 

Nos influences proviennent d’une ratatouille musicale assez hétéroclite et assez savoureuse. — Pierre-Alexandre Bouchard, chanteur et guitariste d’El Motor

D’abord, un virage marqué de l’électro vers l’indie pop-rock, en 2007. Six ans plus tard, la machine repart en force avec des riffs plus acérés, efficaces, et exit les longues envolées progressives. Le monstre s’avère une bête de scène rock au cœur pop (et tendre), archi mélodieux, qui se nourrit essentiellement de grosses guitares électriques, d’un clavier fantastique et de la poésie onirique de Pierre-Alexandre. Méchants beaux contrastes entre l’émotion et le rock.

Écoutez ce potentiel tube d’Homme-éléphant et vous comprendrez.

Depuis ses débuts, El Motor (anagramme de TREMOLO, l’ancienne formation de deux membres du groupe), n’a cessé de faire évoluer son identité musicale. El Motor, remarquable premier disque – vous vous rappelez d’Alinéa?–, avait été nommé deux fois au Gala de l’ADISQ 2008 (Album de l’année alternatif et Auteur-compositeur de l’année)

Travailler avec Louise Forestier

Discrète, la machine El Motor, et pourtant, elle a beaucoup tourné ces dernières années avec Louise Forestier, car son fils, Alexis Dufresne, membre du groupe, a réalisé et composé les musiques d’Éphémère. Une expérience qui s’est avérée bénéfique pour le groupe, selon Pierre-Alexandre : « Avec Louise, on était vraiment obligés d’être ultra professionnels. Elle m’a bien coaché pour mes voix, aussi. » Et cela s’entend, aussi.