Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Francis Colpron : la flûte qui aurait aimé être un violon

Par
Frédéric Cardin

Il y a là-dedans de belles pièces qui mettent en valeur et poussent même à leurs limites les possibilités techniques de la flûte à bec. Le Caprice no 24 de Paganini attire tout de suite l’attention. Les Variations sur un thème de Corelli de Giuseppe Tartini et celles sur Les folies d’Espagne de Marin Marais sont également très réussies. D’autres transcriptions sont plus évidentes, telles la Partita BWV 1013 de Bach et deux Fantaisies pour violon de Telemann.

Francis Colpron parle de son album Six transcriptions, paru sous étiquette Atma :

 



Francis Colpron est un bon flûtiste. Il négocie les sentiers tortueux de ces partitions avec aplomb.

Les mauvaises langues diront qu’il faut être fait fort pour écouter de la flûte à bec solo pendant une heure. Cela dépend des goûts bien sûr. Mais je vous dirai quand même d’apprécier cet album par petites doses à la fois. C'est comme un bon fromage bleu, disons. On ne mange pas ça à la cuiller.

Frédéric Cardin