Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Marc-André Hamelin : le tendre virtuose

Par
Frédéric Cardin

Alors qu'il nous a habitués à des découvertes et même des résurrections de compositeurs injustement oubliés, cette fois c'est avec trois chefs-d'œuvre impérissables qu'il nous impressionne : Scènes d'enfants et Scènes de la forêt, de Robert Schumann, et Sur un sentier broussailleux, de Leos Janacek.

Ne dérangez pas l’eau qui dort

Il n’y a peut-être pas un torrent de notes dans ces trois monuments musicaux, mais il y a un véritable océan dans lequel foisonne une vie émotive incroyablement riche. Le danger, pour un pianiste moins aguerri, c’est de souffler la tempête sur cette eau qui dort, car les ombres fugaces qui s’y baladent seront alors aisément effarouchées, et l’auditeur reste alors Gros Jean comme devant. Il n’y a plus rien à voir ni plus rien à admirer. La musique est vide de sens.

Un sourcier sur l’océan

Marc-André ne commet pas cette erreur. Il caresse la surface de cet océan avec douceur et délicatesse. Puis, tel un sourcier des mers, il détecte et reconnaît les plus secrètes ondes de vie, d’émotions et d’intentions, dissimulées là par le compositeur sous cette étendue trompeusement calme. Il s’en empare avec souplesse et nous les fait admirer, puis, en humaniste, il ne s’acharne pas et il les laisse plutôt repartir avec un regard empreint de tendresse.

Marc-André Hamelin parle de son nouvel album, puis de l’ensemble de sa carrière :

 


Vous reconnaîtrez sans mal les mélodies des Scènes d’enfants
et celles des Scènes de la forêt. Peut-être ne serez-vous pas aussi familiers avec le chef-d’œuvre de Janacek, mais alors vous serez quitte pour un choc musical : le mélange de romantisme et d’impressionnisme du compositeur tchèque est l’une des plus belles choses qui existent dans le répertoire pianistique.

Frédéric Cardin


Suivez Marc-André Hamelin en concert cet été:

Le 11 juillet au Festival Orford (concert solo où il jouera Schubert et Liszt)

Le 12 juillet au Festival Orford (concert où il partagera la scène avec le Nouveau Quatuor Orford)

Les 15 et 16 août à la Virée classique de l'OSM (où il donnera trois courts concerts de 45 minutes)