Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Idan Raichel: Voyage au bout de la nuit

Par
Ralph Boncy

Idan Raichel est un musicien d’Israël qui œuvre à faire connaître les talents de son pays avec un goût sûr et une grande ouverture d’esprit. Dix ans après le lancement de son Idan Raichel project, l’artiste atteint une notoriété enviable et signe son album le plus universel, le plus accessible, le plus accompli aussi. Ça fait penser à Sting, version orchestrale, mais teintée de couleurs moyen-orientales. On y entend pourtant Vieux Farka Touré, son ami du Mali (avec qui il a réalisé un album en toute intimité, l’an passé), la chanteuse de fado Ana Moura, le temps d’un superbe duo en portugais. Mais Raichel invite aussi Andreas Scholl, le contre-ténor allemand, et un jeune chanteur juif orthodoxe, Ishai Ribo, qui a dû obtenir la permission spéciale de son rabbin avant de poser sa voix sur un disque dans lequel chantent aussi des femmes!

L’album, subtilement nommé Quarter to six, débute par un tableau crépusculaire de toute beauté, Yohed ha’erev (« La nuit tombe »), qui donne le ton. Car tout ici est harmonie et discrétion. On entend beaucoup de cordes, un peu de piano. Dans cette humeur propice à la mélancolie, c’est plutôt la paix qui s’immisce, « qui passe dans l’espace », comme dirait Michel Jonasz. Une sérénité dont on a bien besoin là-bas. Ici, les voix montent avec une sensibilité discrète, mais on est loin des chants yiddish traditionnels.

Idan Raichel commence ces jours-ci une autre grande tournée mondiale avec un plateau de dix musiciens qui va largement lui donner l’occasion de défendre son nouveau répertoire. 

Écoute intégrale : Yored Ha'Erev (Evening falls)

Chanson

Audio
Écoute intégrale : Sabe Deus

Chanson

Audio
Écoute intégrale: Mon amour

Chanson

Audio