Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Brigitte Boisjoli : au diable les regrets et qu’on danse!

Par
Claudia Beaumont

Ce brassage de soul, de pop et de R’n’B de la vieille école nous arrive trois ans après Fruits défendus, premier disque qui avait porté la jeune chanteuse dans les hautes sphères (30 000 copies vendues et le Félix Révélation de l’année 2011). C’est sexy, charnel et parfait pour la décapotable sur les chemins d'été.

Par ici les Francos
Si ce n’était pas un disque, ce serait un événement des FrancoFolies! Voyez par vous-mêmes : Antoine Gratton (faudra bientôt faire le compte de ses productions, il est partout ces jours-ci!) et Jonathan Dauphinais à la réalisation (Beast, Ariane Moffatt), de même que Mathieu Lippé, Dumas, Yann Perreau, Amylie, Alex Nevsky et Betty Bonifassi aux textes. Voilà un bel échantillon de la scène francophone actuelle.

Ça se voit, Brigitte sait s’entourer et maintenant, composer. Car c’est elle qui a griffonné les mélodies, aidée de ses hommes aux arrangements. D’ailleurs, il faut donner une mention spéciale aux cuivres  — l’excellent tromboniste Jean-Nicolas Trottier et Philippe Legault au tuba —, responsables du groove torride. Un son résolument rétro et flamboyant comme ses sœurs de soul, Amy Winehouse et Joss Stone.

La femme caméléon
Brigitte Boisjoli est une chanteuse caméléon, capable de prendre toutes les couleurs qu’elle veut (et pas seulement sur sa robe). Qu’elle vire au country en accompagnant feu Georges Hamel, qu’elle se fasse fragile comme un oiseau avec Ingrid Saint-Pierre (La ballerine) ou qu’elle livre les mots de Dumas (Sans regret, Pas à pas), elle s’approprie l’univers des autres avec superbe. De surcroît, elle en fait des petites boules de feu. Mais voilà, dans ce spectacle pyrotechnique, parfois on se demande : quelle est sa véritable couleur? Il ne reste peut-être qu’à sortir le soul de sa cage dorée.