Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

La Passion selon saint Jean de Bach à la Philmarmonie de Berlin

Par
Mario F. Paquet

Un peu d’histoire…

La première version de cette Passion BWV 245 a été donnée à l’église Saint-Nicolas de Leipzig le 7 avril 1724, l’un des deux principales églises de la ville avec celle de Saint-Thomas. Il s’agit donc du tout premier Vendredi saint  de Bach à Leipzig. Dans le quart de siècle qui allait suivre, c’est là, dans cette ville qu’il offrira à l’humanité d’innombrables chefs-d’œuvre.

Dans le culte luthérien de l’époque, ces Passions étaient destinées à être exécutées le Vendredi saint, à l’office des vêpres, avant et après le sermon du pasteur. C’est pourquoi les Passions sont en deux parties.

La Passion selon saint Jean s’appuie donc sur le récit de la passion proprement dite. Elle commence donc par l’épisode du Jardin des Oliviers où Jésus est trahit par Judas et arrêté. La première partie qui dure environ 40 minutes, se termine sur le reniement de Pierre.  La seconde partie, qui, à l’époque de Bach suivait la prédication, dure près d’une heure et demie. Elle s’ouvre sur un choral qui annonce les événements qui vont suivre.  Jésus, faussement accusé est conduite devant Pilate, la foule réclame qu’il soit sacrifié et qu’à sa place on relâche Barabas. Jésus est flagellé et condamné. Puis, crucifié, il remet l’esprit  et il est mis au tombeau.

Dans l’autre grande Passion, la saint Mathieu, le récit est envisagé sous un angle plus large qui va de l’onction de Béthanie à la mise au tombeau. En comparaison avec celle selon saint Jean, elle apparaît plus contemplative, alors que cette dernière est plus courte, plus compacte, étant à la fois plus anguleuse et dynamique dans  ce jeu d’action/réaction.

Le récit de la fin de la vie de Jésus est mené par l’Évangéliste (ténor) avec des interventions des divers acteurs du drame, Jésus (baryton) Pierre et Pilate (baryton) sans oublier quelques apparitions fugitives d’un garde ou d’une servante.  Bach intègre également huit airs pour voix solistes qui se présentent comme le commentaire individuel des fidèles qui sont appelés à s’interroger sur leur foi. C’est un peu comme si Bach posait la question personnellement à chacun : « Et toi, si tu avais été là, si tu avais assisté à la Passion de Jésus, qu’aurais-tu fait ? » Par l’inclusion de 12 chorals, chantés jadis par l’assemblée, Bach favorisait aussi la participation des fidèles au drame.

Si vous souhaitez suivre le déroulement de la Passion selon saint Jean, vous pouvez cliquer ICI pour accéder à une traduction française du texte.

La distribution:

Camilla Tilling, soprano,

Magdalena Kožená, mezzo-soprano,

Topi Lehtipuu, ténor (arias),

Mark Padmore, ténor (l’ Évangeliste),

Roderick William, baryton(Jésus),

Christian Gerhaher, baryton (Pilate, Pierre),

Chœur de la Radio de Berlin et l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction de Simon Rattle.

Vous pouvez voir un extrait du concert sur le site de la salle de concert virtuelle (Digital Concert Hall) de l’Orchestre Philharmonique de Berlin.

En voici un extrait :