Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Viens voir les musiciens avec François Dompierre

Par
François Dompierre

« Compositeur, animateur à Espace musique… et quelques fois boulanger ». Le sourire en coin dans la voix, voilà comment se présente François Dompierre en ouverture de Viens voir les musiciens, dont il était l’invité la semaine dernière.

Écoutez l’entrevue avec René Homier-Roy.

Une « courte » entrevue d’une heure dans laquelle notre collègue se raconte avec beaucoup d’humour et de passion. Non, on ne s’ennuie pas avec François Dompierre! Car voyez-vous, c’est aussi l’histoire d’un homme qui a marqué un pan de la culture québécoise et qui, sachez-le, célèbre cette année ses 50 ans de carrière. Alors des anecdotes et des réflexions sur le showbiz , il en a.

Il était une fois des gens heureux

Depuis sa sortie du Conservatoire, en 1964, François Dompierre a signé une soixantaine de musiques et de chansons pour le cinéma, composé pour de grands interprètes tels que Pauline Julien, Claude Gauthier, Monique Leyrac et Félix Leclerc, dirigé de grands orchestres, sans parler de ses compositions pour des productions culturelles d’envergure (Expo 86 de Vancouver, Jardin botanique, 350e de Montréal, etc.).

C’est un créateur polyvalent, instinctif et gourmand (eh oui!), qui jongle aussi bien avec les grands classiques qu’avec les musiques populaires et la cuisine. Il faut d’ailleurs l’entendre nous parler des différentes tonalités de la nourriture; ses réflexions sur la gastronomie et la musique sont absolument délicieuses. Il n’y a pas à dire, François Dompierre est un artiste complet et comblé.

Évidemment, on cause beaucoup 7e art dans cette entrevue. Disons que les deux animateurs s’y connaissent plutôt bien. Quant au compositeur, il est à l’origine de créations inoubliables dont certaines qui ont imprégné notre imaginaire collectif. On pense, entre autres, au Déclin de l’empire américain de Denys Arcand.

Et attendez d’entendre l’histoire de cette publicité dans laquelle, soulignons-le, il chante!