Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Il faudrait un nouveau Da Ponte pour écrire un opéra sur la vie d'Emmanuele Conegliano

Par
Sylvia L'Écuyer

Auteur de 28 livrets d’opéras pour 11 compositeurs différents (il faut se rappeler que le titre complet de l’opéra de Mozart est Il dissoluto punito ossia Il Don Giovanni), il doit constamment se réinventer, quittant Vienne après la mort de Joseph II pour vivre à Prague et à Dresde et se fixer à Londres quelques années en gagnant sa vie comme professeur d’italien. Mais en 1805, criblé de dettes, il part pour New York, où il est tour à tour marchand de tabac, pharmacien (!), épicier, libraire puis professeur de langue et de littérature italienne au Collège (aujourd’hui l’université) Columbia. En 1826, il monte avec le ténor Manuel Garcia la première américaine de Don Giovanni. La fille de Garcia, la jeune Marie Malibran, chante le rôle de Zerlina. En 1833 (à 84 ans), sa tentative de créer un opéra italien à New York est un échec, mais il est certain qu’il a contribué à faire aimer l’opéra italien en Amérique. Si le Met, comme le Palais Garnier, décidait d’installer des bustes de musiciens et de librettistes célèbres dans son foyer, il doit certainement y avoir sa place.

Da Ponte puise son inspiration pour ses livrets dans la littérature qu’il connaît bien (comment ne pas penser à L’école des maris et L’école des femmes de Molière pour Cosi fan tutte ossi la scuola degli amanti ou l’école des amants?) et dans les histoires qui circulent à la cour (on s’amuse bien à Vienne de l’histoire de deux soldats de Trieste qui ont échangé leurs femmes). Il s’inspire certainement aussi de ses contemporains, dont son ami Casanova, qui est présent à la première de Don Giovanni. Mais il est aussi clair qu’il se met en scène lui-même dans la peau de certains des personnages. Dans Cosi fan tutte, le philosophe Don Alfonso, un peu cynique, qui propose d’emblée un pari à Ferrando et Guglielmo, c’est aussi le Da Ponte joueur et un peu blasé qui se souvient de ses folles aventures de jeunesse.