Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

La danse numérique sans corps pour célébrer le Sacre du printemps

Par
François Dompierre

Le 29 mai 1913, un véritable tsunami artistique frappe le nouveau Théâtre des Champs-Élysées. Signé Stravinsky/ Nijinsky/Roerich, celui-ci a la forme d’un « ballet – choc » en deux tableaux (L’Adoration de la Terre et Le Sacrifice) et brouille les repères classiques de la danse et la musique. Le public est furieux, divisé, et l’événement deviendra alors le plus célèbre des scandales de l’histoire de la musique. Incompris à ses premiers jours, Le Sacre du printemps est aujourd’hui cité comme l’une des œuvres les plus marquantes du XXe siècle.

Cent ans et on parle encore d’une musique révolutionnaire, grande et insoumise…  L’art peut-il surprendre encore autant en 2013 ?

« Oui, affirme le compositeur de musique contemporaine Roger Reynolds, seulement s’il permet de visiter des espaces fantastiques et inédits ».

Voici CODA, un film de « danse sans corps » produit par le Laboratoire de recherche création en technochorégraphie (LARTech). Voilà ce que nous proposent les créateurs de ce film de danse numérique, sur les neuf dernières minutes de la version piano à quatre mains du Sacre du printemp,  interprétée par TwinMuse Hourshid et Merhshid Afrakhteh. Nous vous présentons ici les trois premières minutes de l’œuvre qui sera terminée le 14 juin. D’un style inédit et novateur, tant dans sa facture esthétique que par les outils technologiques utilisés pour le produire, CODA a pour sujet une danse de particules qui évoque de façon métaphorique des épreuves dramatiques provoquées et subies par l’humanité et la Terre au cours de notre ère…

On ne peut plus XXIe siècle!

CODA

Un film de Denis Poulin et Martine Époque

Musique : Igor Stravinsky

Pianistes : TwinMuse Hourshid et Mehrshid Afrakhteh

Maître d’oeuvre de l’éxécution technique : Pierre-Luc Boily

Infochorégraphie : Martine Époque, assistée de Pierre-Luc Boily

Maestro des particules : Vincent Fortin

Mouvement : Martine Époque et Frédérick Gravel

Danseurs : Frédérick Gravel, Brianna Lombardo, Sévérine Lombardo, Robert Meilleur

Enregistrement sonore et montage : Manuel Marie