Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Tout un cinéma avec Gershwin

Par
Rémy Girard

S’il vous arrive de fréquenter la planète opéra, ou de suivre l’actualité musicale, vous avez sans doute remarqué que George Gershwin (1898 — 1937) fait parler de lui ces jours-ci. D’abord, parce que le populaire Porgy and Bess fait son entrée au répertoire de l’Opéra de Montréal. Puis, sa première œuvre classique, mais jazzy, Rhapsody in blue, fête ses 90 ans cette année, un anniversaire qui ne manquera pas d’être célébré sur les scènes jazz cet été!

Rémy Girard se joint aussi aux célébrations et propose, ce dimanche 26 janvier à 17 h, son « festival Gershwin ». Et ce n’est pas la matière qui manque! Le célèbre pianiste et compositeur a entretenu des liens étroits avec le cinéma et sa glorieuse capitale, Hollywood, où il est d’ailleurs mort. Sa musique a souvent été employée dans les films américains. On pense notamment à Manhattan de Woody Allen (il s’agit justement de Rhapsody in blue), à Funny face de Stanley Donen (1956) ou à An American in Paris de Vincent Minnelli, un film basé sur l’œuvre musicale de Gershwin et inspiré d’un voyage à Paris. La partition comprenait même les singuliers klaxons de taxis français… Il a aussi composé exclusivement pour le cinéma dans les années 1930 et signé la partition de l’un des premiers films musicaux à paraître après The jazz singer : Delicious, en 1931.

S’il y a un film qui marquera ce festival Gershwin à Espace musique, ce sera assurément Porgy and Bess.Porté à l’écran en 1959 par Otto Preminger, le film qui mettait en vedette Sidney Poitier et Dorothy Dandridge était très proche de l’opéra original. Malgré les mauvaises critiques, Porgy and Bess a gagné de nombreux prix et a été sélectionné, en 2011, pour « sa signification à la fois culturelle, historique et esthétique » par le National Film Registry, afin d’être conservé à la bibliothèque du Congrès aux États-Unis.

Bon cinéma!