Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Improvisations en direct de la nuit des temps

Par
Claudia Beaumont

En effet, la musique ancienne est plutôt populaire ces dernières années (plusieurs artistes pop s’en inspirent, dont Sting et Daniel Lavoie tout récemment). Certainement parce qu’elle est belle, mais aussi parce qu’elle nous rappelle toute la liberté dont elle pouvait faire preuve. On improvisait allègrement il y a cinq siècles, voyez-vous. Bien avant le jazz.

Gentes dames et timides damoiseaux

Little et Bergeron sont des musiciens exceptionnels, spécialistes de leurs instruments et de la musique ancienne depuis une bonne trentaine d’années. Sur Doulce mémoire ils nous font mieux connaître des compositeurs des 16e et 17e siècles de toute l’Europe comme Ortiz, Playford, Banister, Bonizzi ou encore le fameux « Anonyme ». On trouve un peu de folklore là-dedans, mais aussi de belles envolées lyriques et,surtout, plein d’images évocatrices de gentes dames et de timides damoiseaux.

Une tradition qui renaît

La maîtrise de l’improvisation était un prérequis pour tous les musiciens dignes de ce nom aux 16e et 17esiècles. Margaret Little et Sylvain Bergeron  sont les témoins modernes de cette magnifique tradition, trop longtemps négligée et spectaculairement réintroduite dans le langage musical par les pionniers du jazz, mais avec de nouveaux paramètres. Sur Doulce mémoire, on revient aux origines lointaines d’un art beaucoup plus intemporel qu’on le croît.