Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

FIFA 2014 : le cinéma comme carte d’accès à la musique classique

Par
Claudia Beaumont

En s’attardant à la dimension sociale et psychologique des créateurs, on s’aperçoit que ces films lèvent le voile sur le mystère entourant leur univers « savant ». Ils les désacralisent un peu, en quelque sorte!

Voici cinq films à voir pour écouter leur musique autrement :

Passion Verdi 

FRANCE / MICHEL FOLLIN / 2013

Voilà un homme au destin fabuleux. La vie de Giuseppe Verdi (1813-1901), homme du peuple (bourgeois provincial) et représentant du mélodrame italien, est digne d’un scénario hollywoodien. La soprano française Natalie Dessay l’a bien compris. Fascinée depuis toujours par le maestro, elle nous amène sur les lieux qui ont marqué son existence, de Venise à Milan, en passant par les maisons d’opéras. Ses rencontres avec les interprètes lyriques Rolando Villazón et Roberto Alagna sont particulièrement savoureuses.

Voyez la bande-annonce.

Benjamin Britten : Peace & conflict

ROYAUME-UNI / TONY BRITTEN / 2013

Il est considéré comme le plus grand compositeur anglais depuis Henry Purcell, et sa mère souhaitait en faire le « quatrième B », après Bach, Beethoven et Brahms. Pourtant, Benjamin Britten demeure méconnu des francophones d’Amérique. Ce documentaire-fiction pourrait être un bon point de départ pour changer cela. L’histoire commence en 1929, dans le Norfolk, quand un petit garçon pas très sympathique, mais surdoué et visionnaire apprendra à marier ses valeurs humanistes à la musique.

En prime : un portrait interactif de Benjamin Britten

Bande-annonce :

Dmitri Hvorovstosky: The music and I

FEDERATION DE RUSSIE / NIKA STRIZHAK / 2012

On l’appelle le « lion de l’opéra », il a l’une des plus belles voix du monde et il est plutôt beau garçon. Mais qui est vraiment Dmitri Hvorovstosky? Dans ce documentaire « sur le divan », le chanteur parle de son enfance dans la campagne sibérienne, de son adolescence, alors qu’il jouait dans un groupe rock et écoutait du Led Zeppelin (eh non, pas de Prokofiev!), des concours, des tournées, etc. Les confidences à la caméra sont entrecoupées de témoignages et d’extraits de ses prestations les plus mémorables.

Bande-annonce:

Maurizio Pollini, de main de maître

FRANCE / BRUNO MONSAINGEON / 2013

Maurizio Pollini est l’un des plus grands pianistes de notre siècle. À 70 ans, il décide (enfin) de se livrer devant la caméra, et pas n’importe laquelle. Celle du réalisateur français Bruno Monsaingeon, l’homme qui filme de grands musiciens depuis 40 ans (Yehudi Menuhin, Glenn Gould, Viktoria Postnikova, Nadia Boulanger). Un long entretien qui porte sur son extraordinaire relation avec le piano et son engagement politique en Italie dans les années 1960.

Bande-annonce :

The perfect American

ALLEMAGNE, FRANCE / JANOS DARVAS / 2013

Ici, le sujet n’est pas un musicien, mais bien… Walt Disney. Créé au Teatro Real de Madrid en 2013, The perfect American est un opéra en deux actes de Philip Glass – son 24e –, qui raconte les derniers jours de la vie du créateur de dessins animés. Le livret est une adaptation du roman de Peter Stephan Jungk : Le roi de l’Amérique. Une œuvre chargée, sombre, mais portée par une partition étonnamment mélodieuse. Glass décrit son opéra comme un « poème sur la quintessence de l’Amérique et une réflexion sur la mort ».

Bande-annonce :