Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Hélène Guilmette : échos de femmes oubliées

Par
Frédéric Cardin

Secrets de femmes

On se retrouve en plein salon mondain, quelque part à Paris entre 1880 et 1920 en écoutant cet album bellement interprété par Hélène Guilmette. La diction de la soprano est claire et limpide.

Guilmette transmet avec beaucoup de délicatesse les sentiments de ces chansons empreintes de retenue. On le sait, une femme de qualité (selon les préjugés de l’époque bien sûr) ne se vautrait pas dans les épanchements d’humeurs exagérés. Cela ne les a tout de même pas empêchées de nous décrire, à leur façon, des états d’âme très personnels, parfois secrets, grâce à des mélodies bien tournées et des textes judicieusement choisis.

Ces derniers proviennent de plusieurs sources, certaines peu connues, d’autres prestigieuses (Pouchkine, Théophile Gautier, Francis Jammes). Le résultat est franchement séduisant.

 

Hélène Guilmette chante l’air Deh vieni, non tardar extrait des Noces de Figaro de Mozart, à l’Opéra de Montréal en 2011 :

Hélène Guilmette a remporté le 2e prix du Concours Reine-Élisabeth de Belgique en 2004. Depuis, elle se produit un peu partout dans le monde et obtient beaucoup de succès auprès de la critique et du public.