Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Solomon de Handel avec les Violons du Roy

Par
Mario F. Paquet

Lundi 7 avril: au Printemps des musiciens…

Françoise Davoine vous fera entendre la violoncelliste Alisa Weilerstein dans Dvorak, le pianiste Yevgeny Sudbin dans Beethoven et le chef Vladimir Jurowski dans Brahms : 3e ou 4e symphonie ? Telle est la question… la réponse lundi soir 20 h ( Maritimes, 21 h).


Mardi 8 avril:  l’oratorio Solomon de Handel en concert à Québec

La présentation en concert (20 et 21 mars à Québec, et le 22 à Montréal) de l’oratorio Solomon HWV 67 de Handel (1685-1759) marque un temps fort de cette 30e saison des Violons du Roy.

Cette grande fresque d’inspiration biblique en trois actes pour solistes, chœurs et orchestre a été créée à Londres en 1749. La trame d’inspiration biblique, relate l’histoire du légendaire Roi d’Israël réputé pour sa sagesse et son jugement empreint d’équité.

Avant le concert du 21 mars à Québec, Bernard Labadie m’avouait qu’il s’agissait de l’un de ses oratorios préférés. « Pour moi, c’est l’œuvre qui résume le mieux la formidable capacité créatrice de ce compositeur. A partir du moment où un texte  fait l’éloge d’un instrument  de musique ou fait l’éloge de la capacité de la musique à exprimer des émotions, on dirait que ça déclenche chez lui une folie créatrice à nulle autre pareille qui fait de lui un monument de l’histoire de la musique. » L’enregistrement a été réalisé le 21 mars dernier à la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm à Québec.

Exceptionnellement, l’émission se poursuivra jusqu’à 23 h (minuit dans les Maritimes).

Les Violons du Roy, La Chapelle de Québec  et les solistes:


Marie-Nicole Lemieux,  contralto (Salomon)
Karina Gauvin,  soprano (la première femme, la Reine de Saba)
Krisztina Szabó, mezzo-soprano (la deuxième femme)
Shannon Mercer, soprano (l’épouse de Salomon)
James Gilchrist, ténor (Zadok)
Philippe Sly, baryton-basse (un lévite)

Mercredi 9 avril: concert Beethoven à Amsterdam avec Iván Fischer

Orchestre royal du Concergebouw d'Amsterdam

Le chef hongrois Iván Fischer dirige les Symphonies n° 6 en fa majeur, op.68 « Pastorale »et n° 7 en la majeur, op.92 de Beethoven avec l‘Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam, une  prestigieuse phalange qui vient de célébrer son 125e anniversaire.

Ce concert, donné le 14 janvier dernier, s’inscrit dans un cycle échelonné sur les saisons 2013 et 2014 de l’Orchestre. Cette année, Fischer reprend l’intégrale en la concentrant en quatre soirées. Chez lui, on ne trouve rien de routinier dans son approche de la musique.

« C’est la connaissance de la tradition qui permet la créativité. »

Iván Fischer

C’est un chef passionnant doublé d’un grand communicateur qui a à cœur de nous faire redécouvrir ces œuvres magistrales si souvent entendues. Fischer, à qui l’on attribue souvent l’épithète de « visionnaire », a fondé et continue de diriger l’Orchestre du Festival de Budapest qui s’est révélé être l’une des plus belles réussites de ces 30 dernières années dans le monde de la musique classique.


Jeudi 10 avril: Alexandre Da Costa et Wonny Song

Alexandre Da Costa et Wonny Song interprètent les trois sonates pour violon et piano de Brahms, (n° 1 en op.78 sol majeur, n° 2 en la majeur op.100,  n° 3 en ré mineur  op.108). Vous entendrez également une œuvre récente du compositeur montréalais Jean Lesage (né en 1958) écrite à l’intention du duo et intitulée  Les heures nocturnes.

Ces deux complices de longue date, ont eu l’occasion de présenter cette intégrale à maintes reprises dans différentes régions du Québec. Ils possèdent cette musique et font corps avec elle et cela s’entend. Un projet de disque est d’ailleurs en cours dont la parution est prévue vers la fin de l’année ou au début 2015.

Ce concert présenté par la Fondation Arte Musica en résidence au MBAM a été enregistré le 12 mars dernier à la Salle Bourgie.