Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Philippe Brach : la foire, l’ordre et la force des écarts

Par
Claudia Beaumont

Contrairement aux divagations que le titre suggère, la réalisation de Pierre-Philippe Côté – Pilou – est fine et pourvue d’arrangements plantureux, bien tissés. Et qui est-ce que l’on retrouve à la lapsteel et à la pedalsteel? Le légendaire Rick Haworth. Ici, « foire » ne rime pas avec hasard.

Oser les écarts

Oser. C’est ce verbe, ineffable moteur de création, qui résume le mieux La foire et l’ordre. Oser jouer avec cette belle voix de tête, qui lui permet de rebondir et d’atteindre des notes aériennes. Oser aussi les écarts de styles (folk, rock brut, country), de langage (parfois vulgaire, mais jamais gratuit) et d’ambiances. Il faudra sans doute un peu de temps à l’auditeur pour se sentir à l’aise dans cet univers, comme le Saguenéen qui découvre la métropole dans la chanson Downtown (Les lieux sont crasseux/Pis tout est permis). Mais tout ça se tient. Très bien même.

Les chansons de Brach ne sont pas dénuées de racines. Les plus apparentes sont certainement celles de ses compatriotes : Dany Placard, bien sûr, et parfois même… Dédé Fortin?

Documentaire sur l’univers de Philippe Brach et la création de La foire et l’ordre.

Prochains rendez-vous

Grand gagnant de la finale des Francouvertes en mai dernier, Philippe Brach fera la première partie de quelques spectacles de Louis-Jean Cormier et sera aux FrancoFolies de Montréal et auFestival d’été de Québec.

Pour connaître les dates de ses spectacles, visitez son site web.