Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Benjamin Deschamps : un jeune saxophoniste qui a du punch

La pépinière de jeunes talents de jazz qu’est Montréal continue d’engendrer  des fruits abondants, peu importe la « mocheté » interminable de la météo ambiante. La plus récente et fringante jeune pousse s’appelle Benjamin Deschamps. Le diplômé de McGill vient de sortir l’album What do we know, sous le nom de son ensemble, le Benjamin Deschamps Quartet

Ça percute comme un direct du droit

On remarque d’emblée la puissance du son qui sort du saxophone de Benjamin. Il a quelque chose de Samuel Blais, un autre fabuleux saxo d’ici, ex-lauréat des Révélations Radio-Canada jazz. Deschamps a une projection sonore d’enfer, qui passe par-dessus tout le reste. Mais c’est là que le jeunot démontre son intelligence : il sait reculer et laisser la place à ses compagnons (Charles Trudel au piano, Sébastien Pellerin à la contrebasse et Alain Bourgeois à la batterie; Frank Lozano au saxophone fait une courte visite dans la pièce Cauchemar cyclique). Deschamps démontre ainsi que ce quartet est indéniablement le sienmais qu’il est également basé sur l’équilibre et la coopération.

Le Benjamin Deschamps Quartet joue What do we know au Café Résonance, à Montréal :

Un fruit encore vert

La musique fait écho au caractère manifesté dans le jeu musical du jeune homme : énergique, déterminée, assurée. Les solos sont empreints d’une hardiesse vibrante et tendent parfois même vers une fougue exaltante.

Il y a bien quelques moments de douceur finement ciselés, mais il faudra attendre un peu avant de juger de la capacité du jeune homme à construire des espaces empreints de plus de profondeur. N’en faisons pas de cas : il est vert et il a tout le temps de mûrir. Pour le moment, il n’y a pas de quoi s’ennuyer avec ce premier opus franchement impressionnant.

 

Frédéric Cardin