Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Cordâme et François Bourassa : Rendez-vous doux

Par
Ralph Boncy

 Navigant toujours entre jazz et mondes, revoici la séduisante formation québécoise Cordâme qui nous présente un quatrième album inventif, avec le contrebassiste Jean-Félix Mailloux, ferme au gouvernail. Quelle belle idée alors, pour ce nouveau voyage imaginaire, d’embarquer un grand piano dans ce radeau à la dérive! Et pas n’importe lequel : celui de François Bourassa.

Première surprise : le jazzman savant adhère sans effort à la cadence. Dès le morceau d’ouverture (Réunion), il trouve sa place dans cet univers onirique où se marient joyeusement musique de chambre et musiques du monde. Cela donne une palette insolite et d’autant plus riche avec violon, violoncelle, harpe et clarinette; le tout sous les baguettes agiles d’Isaiah Ceccarelli, un percussionniste qui allie volontiers la maestria à la pure fantaisie.

Opus aventureux

Lauréat du prix Opus en 2013 pour son disque Lieux imaginés, le groupe était encore en nomination cette année pour le spectacle marquant, à l’Astral, où a d’ailleurs été enregistré ce Rêve éveillé. À noter que la plupart des pièces de ce répertoire (toutes signées Mailloux) sont jouées ici devant public pour la toute première fois. Les titres évoquent presque tous des lieux mirifiques ou des divinités mythologiques.

« J’ai voulu capter la fraîcheur, voire la fragilité de cette prestation, déclare le chef d’orchestre et compositeur inspiré. Le moment d’offrir du matériel inédit provoque en effet une effervescence unique »

Car pour délicate qu’elle paraisse, la musique de Cordâme, avec ses « folklores métissés », ne verse jamais dans la joliesse. Elle touche plutôt une corde sensible et nous invite à la rêverie…

 

 

Ralph Boncy