Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Dianne Reeves : de Gershwin à Marvin

Ce disque regorge de tant d’atouts qu’on ne sait par où l’aborder.

Explication : Dianne Reeves est incontestablement, avec sa stature imposante, une des vraies divas du jazz actuel. Mais elle n’a aucune gêne à m’avouer très clairement, en entrevue téléphonique, que même si elle sera toujours une émule de la divine Sarah Vaughan, elle fut d’abord et avant tout une gosse qui en pinçait pour Marvin Gaye.

« What’s going on est mon album préféré, toutes catégories confondues, explique-t-elle. Et je vais ainsi du soul au jazz, mais les deux ont la même racine, vous savez. Comme deux fruits qui tombent du même arbre. »

Cela explique en partie pourquoi ce nouvel album de la grande dame afro-américaine, Beautiful life, commence par une version stylisée et très sensuelle d'I want you, un autre incontournable du même fameux Marvin. Mais dans la foulée, Reeves enfile et transforme des chansons de Fleetwood Mac et de Bob Marley, entre autres, qu’elle met en face de standards de jazz comme Stormy weather.

Un album de reprises pop, alors? Non, car on y trouve sept chansons originales écrites par Reeves et ses collaboratrices Terri Lyne Carrington (aussi réalisatrice de l’album) et Esperanza Spalding (contrebasse et chœurs). Un album de duos? Pas tout à fait. Mais plusieurs invités sont mis en évidence durant ces 12 chansons. Des solistes comme Robert Glasper, Grégoire Maret, Richard Bona et Sheila E., des voix extraordinaires comme Gregory Porter, Raùl Midon et Lalah Hattaway.

Bref, Beautiful life célèbre la beauté de la vie et du processus créatif. « Transcendés par la forme jazzistique, explique Reeves, l’avant et l’après deviennent le moment présent. » Ironiquement, ce disque contient aussi le dernier enregistrement du regretté claviériste George Duke, cousin et mentor de la chanteuse.

 

 

Ralph Boncy