Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Gilbert Patenaude : la musique qui nous ouvre les portes poétiques de Patrick Coppens

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

On connaît bien Gilbert Patenaude pour son immense et incomparable travail de pédagogue et de chef de chœur (il a dirigé les Petits Chanteurs du Mont-Royal – PCMR - de 1978 à 2016!), mais moins en tant que compositeur et arrangeur (une part importante de son travail avec les PCMR). L’album Ciel convertible nous fait découvrir une autre facette de l’artiste avec 49 chansons lyriques (ce qu’on appelle des mélodies) inspirées d’autant de poèmes du Québécois d’origine française Patrick Coppens.

À consulter également : un portrait de Gilbert Patenaude réalisé par Valérie-Micaela Bain, un peu avant son départ de la direction des Petits Chanteurs du Mont-Royal en 2016

Ciel convertible, je l’ai dit, est un ensemble de mélodies (49) écrites sur la poésie métaphorique de Patrick Coppens, Québécois depuis 1968, arrivé d’Orléans dans la mi-vingtaine. Son univers poétique jongle avec le réel et l’onirique, et une part de symbolisme. Ce monde très imagé est mis en musique de façon délicate et parfois animée par Gilbert Patenaude, qui fête son 72e anniversaire en 2019.

L’humour, aussi présent dans les textes de Coppens, est illustré, lorsque nécessaire, par l’allure rythmique presque gaillarde de la musique de Patenaude. Au plan harmonique, cela dit, on nage dans des couleurs mélancoliques, parfois chagrines. C’est le contraste ainsi construit qui constitue la marque à retenir de Ciel convertible.

Gilbert Patenaude recevra un prix Opus hommage pour sa carrière et son apport à la vie musicale d’ici le 3 février 2019. Consultez l’article (disponible à compter du 1er février) qui en parle et qui vous offre la liste des contenus exclusifs d’ICI Musique et d’ICI Musique classique sur l’artiste.

Il faut noter l’exceptionnelle contribution des solistes Jacqueline Woodley (soprano à la diction nette et à la couleur vocale riche et rayonnante), Julien Patenaude (baryton avec, une diction claire, lui aussi, et une voix aisée dans l’aigu, ce qui est un avantage, car les partitions sont régulièrement haut perchées pour sa tessiture normale), Sheila Hannigan (au violoncelle) et Mariane Patenaude (au piano).

L’album a l’avantage supplémentaire de nous permettre la découverte de Patrick Coppens et de sa plume affûtée, allègre et picturale, je dirais même postsymboliste. J’avoue ne pas être un expert en poésie, mais j’ai adoré cette rencontre. Merci, M. Patenaude, de nous avoir ouvert un nouveau champ d’exploration littéraire (du moins pour ceux d’entre nous qui ne fréquentaient pas déjà la poésie)! Comme on dit, je me sens bien moins niaiseux depuis que j’ai écouté Ciel convertible, et ça fait du bien.

Vous aimerez également :

La webradio Mélodie française

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique et sur ICIMusique.ca?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!