Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Une délicieuse et bienfaisante infusion de belle musique pour commencer l’année

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

L’ensemble montréalais Infusion baroque vient de faire paraître un album qui nous fait découvrir un compositeur méconnu délicieusement agréable à écouter. Kreüsser : 6 Quintettos, opus 10 démontre la grande vitalité de la scène de la musique ancienne dans la métropole, en plus d’offrir une bienfaisante [B2] option de rechange à la surcharge de stimuli du temps des Fêtes.

Georg Anton Kreüsser a vécu de 1846 à 1810. Sensiblement en même temps que Mozart et Haydn. Si vous appréciez déjà la musique de ces deux géants, vous aimerez beaucoup celle de Kreüsser. Elle est faite d’élégance sans préciosité, de légèreté sans superficialité et de vitalité rythmique sans frénésie. Une musique qui mérite d’être sortie de l’ombre où elle dort depuis deux siècles.

Infusion baroque joue avec le sourire dans l’archet et les doigts. Le caractère charmant et cabriolant de la musique de Kreüsser est idéalement servi par ce jeune groupe qui commence déjà à se faire remarquer hors de nos frontières. L’une des musiciennes de l’ensemble disait dans une entrevue que c'était un plaisir de jouer cette musique méconnue et de l’offrir au public, car, de cette façon, c’est un peu comme jouer de la nouvelle musique! Un enthousiasme que je salue.

Après les excès du temps des Fêtes, on ressent peut-être le besoin d’une eau pétillante qui nettoie les conduits. C’est ce qu’Infusion baroque nous offre, et ça fait du bien!

Infusion baroque : un ensemble pas comme les autres

Infusion baroque est formé à la base d’un quatuor : Alexa Raine-Wright à la flûte baroque, Sallynee Amawat au violon baroque, Andrea Stewart au violoncelle baroque et Rona Nadler au clavecin. Pour cet enregistrement s’ajoutent Amanda Keesmaat au violoncelle et Jacques-André Houle à l’alto.

Infusion baroque a été créé par Alexa, Sallynee, Andrea et Rona après leur rencontre lors de leurs études à McGill dans le but de réinventer la façon de présenter des concerts de musique classique.

Promesse tenue, car les concerts de l’ensemble sont souvent construits autour d’un thème central unificateur, et avec une mise en scène originale. Par exemple, l’un de leurs programmes s’intitule Qui a tué Leclair? (le compositeur Jean-Marie Leclair est mort assassiné en 1764, mais personne n’a jamais su pourquoi ni par qui). Ce concert peut être présenté sous la forme d’une soirée meurtre et mystère.

Et ça marche! Leurs soirées sont visitées par un public en partie néophyte qui apprécie l’expérience.

La saison 2018-2019 est déjà entamée et propose d’autres concepts basés, cette fois, sur les femmes musiciennes, longtemps oubliées et négligées dans l’histoire de la musique.

Leur prochain concert a d’ailleurs lieu le 11 janvier! Avis aux curieux.