Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Dans la forêt numérique, de Jérôme Minière : l’ébéniste des sons

L'écoute se termine aujourd'hui

Par Émilie Pelletier

On dit que l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, et le Franco-Québécois semble l’avoir compris. Dans la forêt numérique, Jérôme Minière en a taillé, sablé et fignolé chacune des 11 pièces. Et à l'écoute de l'album, il est très difficile de se douter que la richesse des textes et l’abondance d’arrangements puissent être l’œuvre d’un seul homme.

Après 20 ans passés à travailler sur la scène musicale et quelque 12 albums, Jérôme Minière a choisi de s’en remettre à lui-même et d’autoproduire son plus récent opus. Il affirme d’ailleurs que c’est son album le plus artisanal. Artisanal, ça l’est, dans la mesure où c’est le résultat d’un travail en solitaire, abouti par un artiste qui s'est retiré six mois dans un petit laboratoire-atelier.

Cette même approche de l’autosuffisance avait fait de lui un créateur singulier à la fin des années 90 et au début 2000. Si aujourd’hui tout le monde possédant un minimum d’équipement peut faire de la musique, il espère que ses mots le distinguent – ce qui est réussi.

Entrevue:Jérôme Minière s'entretient avec Monique Giroux

Monique Giroux reçoit Jérôme Minière

Audio

Le titre de l’album évoque à lui seul les paradoxes de notre époque, et l’oxymore est on ne peut plus éloquent. Déjà parce que c’est, entre autres, grâce à cette technologie – de laquelle il est impossible de s’échapper – qu’il a pu fabriquer cet album aux multiples couches. Mais aussi parce qu’il met en lumière la solitude et l’isolement dans une ère où l’on est toujours – et seulement – à un clic de l’autre.

Si la haine anonyme
Nous plongeait dans l’abîme
Si la haine invisible
Faisait de nous les fantômes de nous-mêmes
Si la rage ordinaire
Envahissait tous nos nerfs
Et nous poussait au crime
Précipitait notre ruine
Nos vies ne sont pas, nos vies ne sont pas, nos vies ne sont pas, nos vies ne sont pas
Nos vies ne sont pas, nos vies ne sont pas, nos vies ne sont pas mécaniques et artificielles

Cette forêt du numérique, force est de constater que nous sommes plusieurs à en sillonner les confins. Combien sommes-nous? Pris dans la boucle, demande-t-il. Combien sommes-nous, effectivement, à avoir l’impression de foncer vers l’inéluctable?

Tu penses que tu n’y peux rien tu penses que c’est dans l’ADN
Tu fais partie du problème
Enfermé dans la loop tu sais pas c’que tu loupes
Combien sommes-nous? Pris dans la boucle

Ce qu’on retient surtout, c’est le verbe de Jérôme Minière. Sa langue, tantôt chantée tantôt parlée, qu’il porte par une multitude de styles. Il y a des accents électros – ce folktronica que certains lui reconnaissent. On entend également de petites notes new wave (De vive voix et La ville lavée s’éveille), et une pop difficile à classer.

Il y a l’espoir, surtout, qu’il insuffle avec le regard juste qu'il porte sur nos existences, mais pas rigide ni paternaliste. C’est une vérité lancée comme une réflexion prometteuse. Et cet album concept est en fait un diptyque, avec La clairière, à paraître à l’hiver. C’est peut-être donc le rideau qui tombe, pour s’ouvrir sur un jour nouveau.

Dans la forêt numérique est lancé officiellement le 11 décembre, au Cinéma Moderne, à Montréal.

Vous aimerez aussi :

De la pop épique au post-rock, en passant par l'électro ambiant, parcourez ce paysage sonore parsemé de cathédrales instrumentales où l'électronique se fond dans l'organique. Des chansons hors format, planantes à souhait.

Godspeed You! Black Emperor, Forêt, Navet Confit, Silver Mt. Zion, Braids, Esmerine, Tanya Tagaq, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.

Les musiciens célèbrent Montréal depuis toujours. Nous vous proposons une promenade en chanson dans la métropole, afin de parcourir ses quartiers, ses parcs et ses rues sur des mélodies d'hier et d'aujourd'hui. De la ballade folk des années 70 à la pop actuelle, nous n'avons pas oublié d'inclure quelques chansons qui rappelleront aux grands-parents leur Montréal d'antan. Voici une webradio pour tous les Montréalais.

Beau Dommage, Claude Dubois, Clémence Desrochers, Harmonium, Robert Charlebois, RichardSéguin, Ariane Moffatt, Thomas Hellman, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.