Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

The Beautiful Day, de Kurt Elling : un nouveau classique loin des clichés

L'écoute est terminée

Kurt Elling se penche sur le vaste répertoire des chansons de Noël, avec tout le raffinement qui fait de lui l’un des meilleurs chanteurs de son temps. Il enlace de son timbre vibrant l’esprit de la fête plus que l’aspect religieux, sans en perdre la spiritualité.

Son interprétation magnifiquement sobre et la limpidité de l’instrumentation placeront vite ce disque moderne sur la rangée des classiques, et la participation des complices habituels y est sûrement pour quelque chose : le pianiste Stuart Mindeman, le guitariste John McLean, le batteur Kendrick Scott et le bassiste Clark Sommers.


Avec le sous-titre Kurt Elling Sings Christmas, on aurait pu craindre une succession des chansons d’usage, mais ce serait sous-estimer ce natif de Chicago, élu trois fois meilleur chanteur par les magazines Downbeat et Jazz Times. Il règle la question en les citant toutes dans la première minute, pour se poser finalement sur Sing a Christmas Carol de Scrooge. Nous voilà partis pour 14 pistes et zéro cliché.

Kurt Elling revient deux fois à cette comédie musicale basée sur l’œuvre de Charles Dickens. Il propose aussi une version funky de Little Drummer Boy et une autre de l’anonyme We Three Kings avec penchant rock.

Mais le baryton s’intéresse aussi à un répertoire plus contemporain et parfois moins familier, comme l’aérienne Star of Wonder, de Terre Roche, Same Old Lang Syne, du musicien folk-rock Dan Fogelberg, ou l’apaisant combo de The Snow Is Deep on the Ground/Snowfall. On lui doit même le texte de The Michigan Farm, sur une musique du compositeur romantique norvégien Edvard Greig (1843-1907).

Plus qu’un chanteur, Kurt Elling est un jazzman capable d’arrangements inventifs. Il les signe d’ailleurs tous sur ce disque où l’on trouve trois fois le pacifique cantique tchèque Wenceslas. Le raffinement du disque puise aussi dans sa connaissance profonde de cette musique saisonnière et nordique ainsi que dans sa compréhension du classique : son père était maître de chapelle d’une église luthérienne à Chicago. La transmission se poursuit; Elling invite sa fille Luiza à conclure l’album en chantant la pièce titre.

Le charme de The Beautiful Day opérera longtemps. Il séduira même ceux qui n’apprécient pas particulièrement la musique de Noël. C’est dire combien c’est bon.


Vous aimerez aussi :
- La webradio Le jazz chante Noël
- La webradio Noël jazz