Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Ground Midnight, du James Gelfand Trio : tripant et inspirant

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

La saison des sorties d’albums jazz est bien lancée (l’automne est riche en nouvelles parutions) et nous offre une autre proposition très emballante : Ground Midnight, du James Gelfand Trio.

J’ai eu un plaisir fou à écouter cet album du trio montréalais, je vous l’annonce tout de suite! Non seulement la musique est bonne, à la fois facile d’approche et innovatrice (autrement dit, c’est ben l’fun sans être kétaine), mais les titres sont, pour la plupart, des jeux de mots assez rigolos.

Il y a la pièce-titre, Ground Midnight, dont le lien avec le Round Midnight de Monk est évident, mais il y a un deuxième niveau de sens : le pianiste de formation aussi bien classique que jazz Gelfand lui a donné une architecture rappelant le Canon de Pachelbel, basé sur un motif de basse répétitif. Or, à l’époque baroque (les années 1600-1750 environ), les Anglais nommaient ce genre de procédé un ground! Hé hé.

Il y a aussi Septaloupe Bay (un clin d’œil à Cantaloupe Island de Herbie Hancock).

On déduit que Gelfand et ses partenaires Morgan Moore, à la contrebasse, et Jim Doxas, à la batterie, se sont pleinement amusés en concoctant ce répertoire, majoritairement issu de la plume cool et lettrée (oui, les deux à la fois) de leur leader.

Je le disais, on est en territoire à la fois facile d’accès pour un public profane et intellectuellement excitant pour des habitués exigeants. C’est le meilleur des deux mondes, quoi, c’est-à-dire le talent qui tient la barre haute à la créativité sans s’isoler métaphoriquement dans la fameuse tour d’ivoire.

Vous aimerez également

La webradio Jazz d’ici