Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Vingt, de Catherine Durand : s’éloigner de la tempête

L'écoute est terminée

Par
François Lemay

Vingt ans de carrière, c’est autant le moment de célébrer que de faire le point sur le parcours accompli. Voilà ce que Catherine Durand a décidé de faire, et ce qui est magnifique dans cette démarche, c’est que nous en recevons le cadeau avec ce nouvel album, Vingt, dans lequel l’auteure-compositrice-interprète revisite ses chansons préférées.

Apparue dans le paysage musical en 1998 avec son premier album, Flou – qui nous a permis de faire connaissance avec cette voix particulière et méticuleuse, évoquant de loin l’écolière appliquée –, Catherine Durand s’est transformée sous nos yeux en gagnant en solidité. Et cet aplomb lui a valu plusieurs fois d’être reconnue, que ce soit en étant nommée cinq fois au Gala de l’ADISQ ou en étant récompensée, aux Canadian Folk Music Awards (édition 2009), du prix offert dans la catégorie « Auteur-compositeur francophone de l’année ».

Accompagnée de Marc-André Landry à la contrebasse, Durand nous offre donc ici des relectures tout à son image. Intimes, tranquilles et douces, et portées par ce souffle caractéristique de la chanteuse, les chansons deviennent de petits tableaux impressionnistes hivernaux, esquissés à petits coups de pinceau subtils. Pensez aux toiles d’hiver de Cornelius Krieghoff et à ce qu’elles ont d’apaisant. L’hiver doux après la tempête.

Monique Giroux s'entretient avec Catherine Durand

Chants libres à Monique, 7 octobre 2018

Audio

Ajoutez à ça quelques surprises – comme ces chœurs d’inspiration grégorienne qui nous arrachent un frisson sur Cœurs migratoires ou cette très belle chanson inédite, Le loup, chantée avec Alexandre Désilets – et vous obtenez un album jalon qui nous donne envie de suivre Catherine Durand pour, encore, une bonne vingtaine d’années. Au moins.