Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Marianne Trudel, Karen Young et Joni Mitchell : trois femmes pour la beauté du monde

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel s’associent pour nous offrir l’un des beaux albums de l’année : Portraits: The Songs of Joni Mitchell.

La beauté, la poésie et la richesse des chansons de Joni Mitchell ont trouvé un véhicule d’expression parfait dans le duo formé des Montréalaises Karen Young et Marianne Trudel. La voix de Young a juste ce qu’il faut de fragilité pour entrer en communion avec l’esprit des chansons de Mitchell, qui parlent d’amour, de chute, de perte et de résurrection (de l’amour ou de l’être blessé). C’est l’amour dans toute son inconstance, dans ses petites catastrophes trompeuses sur leur durée (non, la douleur ne dure pas toujours!), dans les victoires imprévues qui s’ensuivent (oui, on se relève).

Le piano de Marianne Trudel est génialement poétique et source de lumières, au pluriel, tellement l’infinie palette de la pianiste est sollicitée pour nourrir de leurs rayons bienfaisants les fragiles pousses des chansons de Joni.

Je dis « fragiles pousses », mais comprenez-moi bien, ces chansons sont d’une puissance évocatrice rare. Le danger pour les artistes, c’est qu’elles sont si raffinées dans leur architecture et dans leur expressivité qu’il suffirait de presque rien pour les rendre insupportablement inintéressantes. Il faut des artistes de premier plan pour leur donner à la fois l’espace et l’attention nécessaires pour qu’elles prennent totalement vie.

On ne peut pas tirer dessus pour les faire grandir plus vite, on ne peut pas trop les arroser, on les noierait. Il faut être ultra-sensible sans être affecté, il faut suggérer la puissance des émotions qui brinqueballent le sujet de ses petits chefs-d’œuvre, et non l’étaler à tout vent, ce qui les rendrait vulgaires.

Trudel et Young ont tout compris. C’est beau, c’est touchant, c’est même poignant, et ce, sans jamais perdre cette note d’ironie, ce regard en coin complice que nous envoie Joni et qui semble nous dire : « OK, c’est sérieux, mais capotez pas non plus. »

Il y a dans la musique de Joni Mitchell (qui plus est interprétée avec autant de panache) comme un quelque chose qui nous rassure. Elle apporte une beauté dont le monde a bien besoin.

Il sera sur ma liste de l’année celui-là, aussi bien vous faire à l’idée.

À écouter :

Marianne Trudel et Karen Young en entrevue avec Stanley Péan à propos de l'album Portraits : The Songs of Joni Mitchell

Entrevue de Marianne Trudel et Karen Young avec Stanley Péan

Émission : Quand le jazz est là

Diffusion : 4 octobre 2018 sur ICI Musique

Animation : Stanley Péan

Audio