Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Inscape : les paysages intérieurs d’Alexandra Stréliski, entre force et fragilité

L'écoute est terminée

Par
Nathan LeLièvre

Inscape, comme le veut la définition de ce mot anglais, c’est la représentation poétique du paysage intérieur d’un être. Le titre est bien choisi pour ce nouvel opus de la discrète et puissante Alexandra Stréliski.

Au premier coup d’œil, il est évident qu’on a affaire à une introspection; c’est l’intimité de l’artiste exposée en musique. C’était l’intention d’Alexandra Stréliski, et certains titres nous l’annoncent clairement : The Quiet Voice, Changing Winds, The Burnout Fugue et Le nouveau départ. La création d’Inscape est en fait arrivée à un moment particulièrement mouvementé dans la vie d’Alexandra : elle venait de choisir de quitter son travail de compositrice salariée en publicité pour se consacrer davantage à son art. Victime d’un épuisement professionnel, elle a dû ralentir et se mettre en priorité.

Ce n’est donc pas un hasard si on retrouve le piano au premier plan sur Inscape. C’était aussi le cas sur son album précédent, sauf que cette fois, la prise de son est si hautement sensible qu’on entend même le mouvement subtil et délicat des touches du clavier… ou sont-ce les marteaux? Qu’importe, quand on se ferme les yeux, on a l’impression de se retrouver seul avec la pianiste et qu’elle joue rien que pour nous. Interlude semble être l’exception à la règle de l’esthétique dépouillée; les arpèges de la pianiste y sont plutôt enveloppés d’effets éthérés et synthétiques, sans pour autant détonner.

On peut très bien connaître Alexandra Stréliski sans le savoir. Sa musique résonne depuis plusieurs années sur la scène internationale. Jean-Marc Vallée a fait appel à trois créations de son premier album, Pianoscope (2010), par le passé : Prélude dans Dallas Buyers Club, Le départ dans Demolition, et Bourrasques pour la bande-annonce de Little Big Lies.

Plus tôt, la première pièce d’Inscape dévoilée au public le printemps dernier, a quant à elle été entendue dans Sharp Objects, une série diffusée sur le réseau HBO.

La musique d’Alexandra Stréliski est à la fois fragile et tenace. Autant elle nous remue, autant elle se fait réconfort, comme notre douillette préférée un jour de pluie. Autant elle est songée, autant elle demeure accessible et évite de tomber dans la prétention. C’est d’abord et avant tout une musique évocatrice et émotive. On s’y retrouve, on s’y reconnaît, sans avoir à se poser de questions sur sa structure. Alexandra Stréliski a récemment confié à La Presse que « ralentir fait désormais partie de [sa] démarche artistique ». Avec Inscape, elle nous rappelle que chacun aurait avantage à ralentir et à se donner la force de se choisir soi-même.

Vous aimerez aussi :

Vous aimez le piano? Nous aussi! Voici une webradio pour les amoureux du clavier, avec les plus grandes et plus belles oeuvres classiques consacrées à ce que l'on pourrait peut-être appeler le « roi des instruments ».

Les Nocturnes de Chopin, les concertos de Mozart, les sonates et les concertos de Beethoven, le Clavier bien tempéré, les variations Goldberg et l'Art de la fugue de Bach, les sonates de Schubert et de Scarlatti, les œuvres de Satie, les Rhapsodies hongroises de Liszt, Gaspard de la nuit de Ravel, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.

Ici, tout est tranquille. Rien ne vous brusquera. Offrez-vous un moment de détente avec une sélection musicale gratuite, toute douce et relaxante, conçue pour vous permettre de respirer un grand coup, voire même de dormir, si vous en ressentez le besoin. Libérez-vous de vos tracas et faites le plein d'énergie avec la webradio Relaxation.

Musique du monde, classique, chanson et jazz sont réunis dans un bouquet au parfum des plus apaisants.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.