Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Le sens des paroles, d’Alaclair Ensemble : rapper beaucoup pour tout dire

L'écoute est terminée

Par
François Lemay

J’attendais avec beaucoup d’impatience – et une pointe d’inquiétude – le nouvel album d’Alaclair Ensemble, un des groupes les plus pertinents au Québec depuis 2010, tous genres confondus. En fait, si j’étais inquiet, c’est que j’avais peur de le voir imploser sous la pression après son excellent Les frères cueilleurs, paru en 2016, qui a mérité trois Félix au dernier Gala de l’ADISQ.

Gérer le succès lorsqu’on est une formation composée de sept membres forts (Maybe Watson, Vlooper, KenLo Craqnuques, Claude Bégin, Robert Nelson, Eman et Nash) n’est pas une chose évidente, et j’aurais cru que l’ensemble aurait eu envie de prendre un temps de recul mérité, histoire de gérer cette vague. Et, soyons honnêtes, ce ne serait pas la première fois que l’on verrait un groupe se dissoudre après avoir connu une forme de reconnaissance populaire.

Clairement, à l’écoute de son plus récent album, Le sens des paroles, je dois admettre que mes craintes étaient infondées. C’est soudé solidement, ce groupe-là!

La meilleure façon de décrire Alaclair Ensemble tient du vieux cliché comme quoi l’ensemble est supérieur à la somme de ses parties. Et c’est exactement ce que l’on perçoit à l’écoute de ce nouvel album : une machine de rap extrêmement bien huilée et consciente de la place qu’elle occupe. Le groupe a cette façon d’observer le monde qui l’entoure, tout en jetant un regard critique sur lui-même, avec un sens de l’ironie qui lui appartient et qui lui est unique.

La chanson FLX en est le meilleur exemple alors que l’ensemble se demande s’il n’est pas devenu une sorte de saveur du mois servant de garantie morale à certaines institutions musicales qui, soyons honnêtes, peinent à comprendre ce que représentent les démarches et le marché du hip-hop au Québec. Par contre, si vous attendiez une ritournelle à la Ça que c’tait, dont le vidéoclip a été vu plus d’un million de fois sur YouTube, vous serez peut-être un peu déçu. C’est probablement voulu par la formation, qui aurait pu choisir la facilité de la ritournelle sympathique, mais qui a décidé d’offrir un album 100 % hip-hop, sans bonbon ni compromis.

Évidemment, Alaclair Ensemble retrouve ses thèmes de prédilection : l’identité, l’aliénation, l’humour (particulièrement dans les références musicales puisées dans les comptines), l’autodérision et, surtout, ce sens profond de faire partie d’un « nous » collectif qui doit gérer les pressions extérieures. En ce sens, Alaclair Ensemble réussit là où plusieurs se sont cassé les dents avant (oui, c’est un peu toi, Loco Locass, que je regarde) : être à la fois autoréférentiel, politique et universel.