Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Harold Lopez-Nussa célèbre son pays natal avec Un Día Cualquiera 

L'écoute est terminée

Par
Ariane Cipriani

Le prodige du piano jazz latin revient avec un album typiquement cubain, et donc inévitablement métissé, où l’adresse de son jeu n’a d’égale que sa créativité.

Le titre du disque signifie « une journée ordinaire », parce que le pianiste de 35 ans voulait que l’enregistrement se déroule simplement, comme on joue de la musique dans le salon. Cependant, tout le monde n’est pas Harold Lopez-Nussa, qui n’a, musicalement, vraiment rien d’ordinaire. Né dans une famille de musiciens (il est notamment le neveu du pianiste Ernan Lopez Nussa), il baigne dans la musique depuis son premier jour.

Tempos variables, même élégance

Sur ses deux derniers albums, Lopez-Nussa avait ouvert son horizon musical au-delà de son île, en collaborant avec le contrebassiste sénégalais Alune Wade. Il revient maintenant à une musique profondément cubaine et à son trio des 10 dernières années, formé de son frère cadet, le percussionniste Ruy Adrián Lopez-Nussa, et du contrebassiste Gastón Joya.

On passe du tumulte de morceaux très mouvementés à la romance de ballades romantiques et mélancoliques, où la nostalgie exulte. Le pianiste se plaît à nuancer les rythmes, avec adresse et élégance.

Au cœur de La Havane

L’album contient majoritairement des compositions originales, en plus de puiser dans le très riche répertoire cubain. Le musicien en profite ainsi pour faire un clin d’œil au danzón, la musique de danse nationale de Cuba, et pour honorer le pianiste Ernest Lecuona. Véritable monument artistique, ce dernier a intégré des éléments de musique populaire cubaine et afro-cubaine dans sa musique classique. Lopez-Nussa revisite avec un plaisir évidentY la Negra Bailaba en y ajoutant des disparités rythmiques qui surprennent du début à la fin, comme si on traversait une multitude de pièces en une seule. Puis, pour l’envoûtante relecture du classique Danza de Los Ñañigos (une composition basée sur des rituels religieux afro-cubains), il propose une version rythmiquement très affirmée et à la fois jouée avec pondération.

Vous aimerez aussi :

Telle une éponge, le jazz latin absorbe et intègre parfaitement les couleurs et les rythmes de la salsa, du tango, de la rumba, de la samba, du zouk antillais et bien d'autres. Le résultat est une musique chaude et ensoleillée, aux rythmes irrésistibles et à l'allégresse contagieuse.

Chucho Valdes, Gonzalo Rubalcaba, Conte Candoli, Tito Puente, Paquito D'Rivera, Roberto Fonseca, Arturo Sandoval, Cal Tjader, Xavier Cugat, Willie Colon, Chico O'Farrill, Michel Camilo, Jane Bunnett, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.

Ici, la tradition rencontre la modernité. Les sonorités et rythmes coutumiers de la musique latine se laissent guider par les tendances pop et urbaines, proposées par une nouvelle génération pour laquelle toutes les avenues sont possibles.

Daude, Gotan Project, Bebel Gilberto, Chico Cesar, Lenine, Mokosos, Manu Chao, Juanes, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.


Quelques trêves adoucissent le disque, comme la salsa de Mi Son Cerra’o, le vague à l’âme de Preludio, le tourbillon du tango de Una tarde cualquiera en Paris et le très doux boléro Contigo en la distancia, du chanteur César Portillo de la Luz, décédé il y a quelques années.

Harold Lopez-Nussa épate encore, passant avec une aisance remarquable des rythmes urgents à l’émoi de la ballade langoureuse, en laissant toujours son talent et celui de ses collègues transparaître dans des improvisations ici et là. Et l’influence du classique n’est jamais loin dans la précision de son jeu.