Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Deanne Matley : les amours montréalaises d’une Calgarienne jazzy

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

La chanteuse de Calgary Deanne Matley fait paraître Because I Loved, un album qu’on pourrait qualifier de montréalais parce qu’il a été enregistré dans la métropole avec des pointures telles que Jim Doxas, Adrian Vedady, Al McLean, Jean-Nicholas Trottier, et j’en passe d’aussi bons.

C’est un album qui parle d’amour, de mélancolie et, bien entendu, de relations amoureuses.

Deanne Matley

Because I Loved est un album rassurant. Rien là-dedans pour faire peur à votre cousin-cousine qui ne comprend pas grand-chose au jazz (comme s’il y avait quelque chose à « comprendre »… Enfin, vous voyez ce que je veux dire!).

L’opus est bien équilibré par un bon dosage de standards (le Sugar bien senti de Stanley Turrentine est pas mal bon) et de compositions personnelles (quatre pièces) où les premiers sont avantagés en nombre. Dans ce dosage, ballade, swing, blues et dégaine funky ont tous droit à leurs petites minutes de gloire. Les racines de la chanteuse albertaine plantées profondément dans la tradition canadienne du jazz sont évidentes avec le duo Necessary Evil, qu’elle interprète avec… Ranee Lee, une véritable icône du jazz d’ici.

Certaines pièces flirtent plutôt avec la pop doucereuse (c’est dans l’air du temps, elles le font presque toutes). C’est le cas de The Wine We Drink, une reprise de la chanson « folksy » de Drew Holcomb.

L’amour est partout et dans tous ses atours, sur Because I Loved.

Entrevue de Deanne Matley à l'émission Quand le jazz est là, animée par Stanley Péan :

Entrevue de Deanne Matley avec Stanley Péan

Émission : Quand le jazz est là

Diffusion : 10 mai 2018

Audio

Vous aimerez également

La webradio Jazz vocal