Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Îl, de Foé : les amours modernes de la nouvelle sensation française

L'écoute est terminée

Par
Ariane Cipriani

Une voix théâtrale, un amour du piano classique, des rythmes hip-hop et une instrumentation électro abondante. Voilà ce que propose ce jeune chanteur qui fait nouvellement sensation.

Il s’appelle Foé, en référence à Daniel Defoe, l’auteur de Robinson Crusoé, et n’a que 20 ans. Ils’est d’abord fait connaître par de petites vidéos sur YouTube. Nouvelle recrue de l’étiquette Tôt ou tard, Foé a récemment fait l’ouverture de tous les spectacles de Vianney au Zénith.

Après un microalbum paru l’automne dernier, l’album complet ne s’est pas fait attendre longtemps. C’est que la théâtralité de sa voix et l’instrumentation abondante de ses chansons s’inscrivent parfaitement dans cette nouvelle chanson pop urbaine qui incorpore des influences variées, du jazz latin (Le mâle a dit) à la dance pop américaine (Qu’est-ce que t’as là?).

Vous aimerez aussi :
La webradio Nouvelle chanson français
- La webradio Les amours modernes

Les malheurs d’un jeune cœur

Ce qui séduit aussi, c’est que Foé chante les amours de son temps, comme le récit d’Alors Lise qui le largue pour... une autre fille. Un romantisme déchu, des regrets, des tristesses qui vous rongent le cœur : voilà ce qu’il décrit avec une théâtralité qui rappelle la belle époque de la grande chanson. Pour l’effet, le chanteur aime aussi livrer ses mots à travers des notes les plus graves, comme s’il tentait d’aller au bout de sa tessiture (Fais-le, Running).

Ce qui distingue surtout ce jeune musicien, c’est son grand talent de pianiste : Foé a commencé le piano classique à 8 ans. Ça ruisselle sur Bouquet de pleurs et un peu ailleurs, ça ajoute de l’envergure à la pop. Même qu’on en prendrait plus, de cet instrument beau et dramatique, joué avec tant d’agilité.

Outre le piano, c’est le rythme qui domine l’album, guide les mélodies et les mots. Comme chez plusieurs nouveaux venus, on sent d’un bout à l’autre du disque l’influence du hip-hop. Avec son phrasé saccadé, presque angoissé, Foé alterne entre le parler et le chant et se laisse aller à quelques refrains en anglais, ce qui, en France, n’a plus rien d’étonnant.

Sur ce premier disque, Foé dresse un portrait de la vie d’un jeune homme d’aujourd’hui. Les amours ne sont pas forcément légères parce qu’on a 20 ans, mais il se dégage aussi de ce Îl un appétit robuste, presque féroce.