Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Quand le jour se lève sur les chansons de Siméon

L'écoute est terminée

Par
François Marchesseault

Le multi-instrumentiste Siméon (guitare, basse et clavier), Maxim Héon, de son vrai nom, présente un premier album où les amours incertaines sont chantées sur une pop aux mélodies accrocheuses.

Le jour se lève, l’extrait que l’artiste a lancé au début du printemps, donne une très bonne idée de l’ambiance générale du disque. C’est pop, très pop, avec des incursions du côté du folk, comme sur les ballades romantiques Dans la lune et Un miracle pour les sourds.

Jean-Sébastien Chouinard et Jean-François Lemieux se partagent la réalisation de l’album. Chouinard est un guitariste émérite, aussi connu sous le nom de Johnny Flash, et que l’on a entendu avec Les Respectables et Jim Zeller. J.F. Lemieux, lui, est entre autres bassiste pour Daniel Bélanger et également le cerveau musical derrière le formidable collectif Afrikana Soul Sister.

Les importantes collaborations ne s’arrêtent pas là. Siméon a profité d’un impressionnant groupe de talentueux amis musiciens. Pierre Fortin (batterie et percussions), Alex McMahon (claviers, orgue, percussions, etc.) et Julie Valois (chœurs) se joignent à lui. Cette dernière cosigne d’ailleurs avec Siméon les paroles de la pièce Avec ma voix.

Siméon, les trois pièces favorites de l’auteur de ces lignes :

  • Une heure plus tard
  • Un miracle pour les sourds
  • Les îles de Sorel

Cette première offrande complète du musicien (il avait fait paraître Les rayons de la ville, un microalbum de trois titres en 2014) comporte plusieurs pièces à l’immense potentiel radiophonique. Le jour se lève, bien sûr, mais aussi J’pars en peur, Les nuits d’été, et Une heure plus tard. Ce n’est pas un défaut, bien au contraire, surtout quand c’est aussi clairement assumé.

Siméon est toutefois capable d’aller flirter avec l’euphorie musicale d’Harmonium. Il l’avait prouvé avec brio sur la pièce Villeray, qui se trouvait sur Les rayons de la ville. On aurait peut-être espéré qu’il emprunte davantage cette avenue sur ce premier album. Mais laissons-lui le temps d’arriver. De trouver sa couleur musicale en utilisant sa palette d’influence et son talent de mélodiste.


Découvrez d’autres albums à écouter sur le site