Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Something New de Michael Kaeshammer : faire du neuf avec du vieux

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Le Canadien Michael Kaeshammer a le rétro dans le sang. Sa musique, à la fois swing, rock and roll, boogie et jazz, balance son attitude ultracool comme un irrésistible déhanchement qui transcende les générations. Son nouvel opus, Something New, descend en ligne directe des albums précédents.

Les albums de Michael Kaeshammer ont tendance à tous se ressembler, je ne vous cacherai pas ce fait. Mais ce Canadien d’origine allemande déborde d’une énergie tellement contagieuse, sait s’entourer d’une telle kyrielle de bons musiciens et manifeste une si grande et intime compréhension des styles musicaux mentionnés plus haut que nous passons outre les redondances et nous nous laissons transporter par la vibration positive qui sort des enceintes acoustiques.

Qui plus est, Kaeshammer est un véritable virtuose et il élève le boogie-woogie à un degré de perfection qui force l’admiration, même celle du plus pointu des mélomanes classiques (Kaeshammer a d’ailleurs des années d’études classiques derrière la cravate, ce qui est une évidence à l’oreille).

Kaeshammer fait donc du rétro avec passion et avec des moyens importants. Son swing sonne parfaitement swing. Son boogie est tout simplement impeccable. Son soul également. Avec une prise de son remarquablement présente, on a un peu l’impression de savoir ce que ça faisait d’entendre jouer sur scène les plus grands noms de cette musique, à son apogée, dans les années 1950-1960.

Le pianiste et chanteur compose toutes ses chansons (la preuve qu’il comprend ces styles à la perfection, puisque ça sonne parfaitement authentique) et est entouré d’un aréopage imposant de musiciens tels Colin James, Randy Bachman, Cyrille Neville et William Sperandai, pour n’en nommer que quelques-uns.

Vous aimerez également l’album

La webradio Classiques du soul