Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Yannick Nézet-Séguin et Aldo Ciccolini en concert : la surprise, le prodige et la légende

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Deux captations en concert, de 2009 et de 2011, dont on ne soupçonnait pas l’existence nous arrivent comme ça, comme un cadeau printanier : le pianiste Aldo Ciccolini (mort en 2015) s’amuse avec Mozart et Rachmaninov, sous la direction allumée de Yannick Nézet-Séguin.

Le jeune et le maître

C’est un Yannick Nézet-Séguin (YNS pour les intimes) jeune mioche et déjà adulé par le public (aujourd’hui il est un « vieux » de 43 ans, toujours adulé cela dit), qui s’affirme dès ce moment comme un chef sérieux, qu’on entend ici soutenir la vision musicale de l’un des plus grands pianistes du 20e siècle, Aldo Ciccolini. C’est 50 ans de différence d’âge qui séparaient les deux musiciens. Et pourtant, on sent une communication sincère et fluide entre les deux dans ces enregistrements réalisés au Royal Festival Hall de Londres avec l’Orchestre philharmonique de Londres.

Dans le Concerto pour piano no 20 en ré mineur K 466 de Mozart (enregistré en 2011), ce qu’on entend de Ciccolini, c’est un jeu pianistique fluide, aux transitions presque liquides tellement elles se meuvent l’une dans l’autre, comme une eau de source d’une remarquable limpidité offrant à l’auditeur beaucoup de fraîcheur.

Vous aimerez également :

La webradio Mozart

On a déjà dit que Ciccolini était 10 fois meilleur en concert que ce que l’on entendait dans ses enregistrements studio (qui ne sont pourtant pas mauvais, loin de là!). La publication de cette captation en concert témoigne d’une sorte d’épiphanie que les connaisseurs nous affirmaient se manifester quand le pianiste italien s’installait devant son instrument chéri et qu’un public était là pour jouir du moment.

Le Rach 2 (le deuxième concerto pour piano de Rachmaninov) est encore plus ancien : il provient d’un concert de 2009. Yannick était encore plus jeune (image d’en-tête en preuve : il avait tous ses cheveux!), mais il ne s’en laissait déjà pas imposer.

Il guide ses musiciens à travers la vision sage et mesurée que Ciccolini a de ce monstre sacré.

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique et sur ICIMusique.ca?

Abonnez-vous à notre infolettre classique

!